Love Your Waste, la start-up qui trouve de l’énergie dans les poubelles !

LYW-franchementbien

En français « Aime tes déchets ». C’est littéralement ce que propose Love Your Waste. Cette start-up offre un service innovant : elle collecte les bio-déchets des restaurants collectifs pour les transformer en biogaz et engrais naturel.

Le projet est né de la rencontre de trois passionnés du 9e arrondissement de Paris. Le créateur : Jérôme Perrin. Alors qu’il pouvait lever le pied à quelques années de la retraite, ce directeur d’hôpital privé toujours en poste, décide à 61 ans de mettre ses idées en pratique, et fonde la start-up. D’un naturel dynamique, l’homme a toujours été impliqué dans l’entreprise mais aussi dans la vie de quartier.

« Je suis manager depuis 40 ans, j’ai toujours travaillé pour d’autres. Et là, j’avais envie d’être à l’initiative de quelque chose. J’ai souhaité que la jeune génération s’investisse et s’empare du projet. Et puis, à 61 ans, on peut craindre de devenir un vieux con. Pour moi, l’antidote c’est de travailler avec des jeunes. On est des alchimistes des temps modernes, on crée de la matière à partir des déchets ».

loveyourwaste_franchementbien

Si on étudie le marché, chaque jour près de 15 millions de français se nourrissent dans les écoles,
les entreprises, les hôpitaux
L’énergie créée par la collecte des bio-déchets de ces établissements pourrait chauffer quatre
cents douches et réchauffer les plats de trois écoles.

Depuis la loi Grenelle 2, les 70 000 cantines françaises sont obligées de trier, collecter et valoriser
leurs déchets (8 500 tonnes jetées chaque jour !) Or, la France veut aussi qu’un quart de tout le
gaz consommé chaque année (40 milliards de m3), soit d’origine renouvelable. Ainsi avec son
invention, Love your waste fait d’une pierre deux coups.

Aujourd’hui, l’énergie produite grâce à ce mécanisme est traitée puis utilisée par l’usine Biogaz de
Gaillon, à 100 kilomètres au nord-ouest de Paris.

La start-up prévoit de recevoir l’accréditation d’une autre usine de méthanisation affiliée à GRDF et
située dans la marne. L’énergie exploitée serait alors redistribuée dans le gaz de ville.
Pour transporter les bio-déchets dans le respect de l’environnement, des camions au biogaz et le
transport fluvial sont également envisagés.
Au-delà de la dimension écologique, la start-up œuvre également pour l’insertion professionnelle.
Depuis sa création, elle se targue d’avoir embauché six chômeurs de longue durée.

Belle idée de créer une entreprise innovante, utile socialement, et à fort impact environnemental.
Une croissance verte franchement bien !