Les plantes se cultivent en musique

musique_vin_franchemenbien

La musique a des bienfaits sur l’être humain, c’est un fait scientifique avéré depuis de nombreuses années. Mais lorsque l’on parle des effets positifs que la musique pourrait avoir sur d’autres être vivants tels que les végétaux par exemple, les chercheurs s’interrogent…

À l’Inra, à Clermont-Ferrand, une équipe de scientifiques a pourtant constaté que ses rosiers en serre étaient plus beaux quand on reproduisait sur eux, de façon mécanique, les vibrations du vent.

Dès lors, certains s’interrogent : le business de la musique pour les plantes est-il donc en phase de se développer en France suite à ce constat auvergnat ?

Certaines sociétés se sont déjà lancées dans ce créneau. La société française Genodics, l’une des pionnières, a ainsi installé plus de 400 hauts parleurs dans des exploitations agricoles en Europe afin que les plantations profitent, à horaires réguliers, de mélodies conçues sur mesure. Bien qu’aucune preuve scientifique n’ait encore émergé de ces tests, certains agriculteurs attestent que leurs cultures ont opposé une meilleure résistance aux maladies ou à certains parasites suite à la pose de ces hauts parleurs.

Il semblerait donc que dans le milieu agricole et écologique, la musicologie fasse son chemin et soit en passe de devenir une discipline innovante sérieuse. Bien que des études révèlent que certaines graines germent plus rapidement au contact de certaines fréquences, les agronomes se questionnent encore et tentent de mieux comprendre l’influence positive des ondes sonores sur les végétaux.

Une batterie de tests scientifiques reste encore à élaborer afin que des résultats précis et fiables puissent être établis. Champ de tous les possibles, la musique en agriculture n’a donc pas fini de faire parler d’elle et, à Clermont-Ferrand, on se prend à rêver d’un monde agricole où les pesticides et autres produits chimiques seraient remplacés par du Mozart.

Une idée folle que les cultures 100% musico-écolo ? Affaire à suivre…