Quand Mistinguett tombe amoureuse d’une Peugeot !

En juin, à Bordeaux, s’est déroulé la 25ème édition de l’international meeting de l’aventure Peugeot.

Cet évènement réunit des collectionneurs et passionnés des voitures anciennes de la marque. Ils se retrouvent au volant de leur voiture pour un petit tour touristique, la journée se terminant par l’élection du plus joli modèle et de son équipage.

Une promenade touristique autour de Bordeaux

La Gironde n’a pas été choisie par hasard, outre la beauté de ses sites et sa gastronomie réputée, ce département a aussi une histoire avec la marque Peugeot. En effet, la marque au Lion y a installé un site de production pendant la 2ème guerre mondiale.

Un circuit de Bordeaux à Arcachon, en passant par la dune du Pilat, une soirée magistrale à Château du Taillan, propriété familiale du XVIIIème siècle avec ses caves souterraines uniques inscrites à la liste des Monuments Historiques de France, un déjeuner dominical à Saint-Emilion à Château Soutard, demeure datant du XVIIIe siècle avec ses fermes traditionnelles du Bordelais et son vignoble de 30 hectares…toutes les conditions étaient réunies pour éveiller tous les sens !

Mistinguett à l’honneur

Star parmi les stars, un magnifique Roadster 401 Mistinguett a remporté le 1er prix.

Commandée par la chanteuse de music-hall et actrice de cinéma Jeanne Bourgeois, plus connue sous le nom de Mistinguett, la 401 fut livrée en châssis nu par Peugeot au carrossier Henri Crouzier pour qu’il réalise un élégant roadster de 2 places au look très profilé.

Cette voiture connaîtra après la guerre un parcours houleux mais une fin heureuse grâce à Christian Bottero, collectionneur varois ayant procédé à son sauvetage en lui redonnant son aspect d’origine.

Mistinguett, la reine du Music Hall et des années folles, aurait adoré être de la fête, et aurait probablement chanté « On dit que j’ai de belles gambettes, c’est vrai pour l’avoir éternellement dans la tête », et elle aurait sans doute improvisé, pour la joie de tous,  une revue comme au Moulin-Rouge, aux Folies-Bergères…Pour l’anecdote, « On dit que j’ai de belles gambettes » (1933) faisait référence à ses jambes magnifiées par les plumes, les « plus belles jambes de Paris » qu’elle avait fait assurer pour 500 000 francs français en 1919.

Le mot de la fin sera pour Xavier Peugeot : « Votre passion est intacte, la nôtre également ».

Des moments, des lieux Franchement bien uniques et inoubliables !