Les français et la phytothérapie

En France comme en Europe, la science progresse vite et parmi nos traditions ancestrales, certaines reviennent à la mode, en particulier les remèdes naturels à base de plantes, que l’on appelle souvent « des recettes de grand-mère ».

Un peu d’histoire

Depuis le XIVe siècle, le métier d’herboriste dont la tâche consiste à la préparation, au mélange et à la transformation des plantes (concentrés, huiles, élixirs, onguents etc.) est officiellement reconnu dans notre pays comme une profession à part entière. Ces professionnels sont garants de la connaissance des effets de centaines de plantes, bien au-delà de la vente et du conseil que peuvent fournir nos phytothérapeutes actuels. En 1941, le régime de Vichy a supprimé le diplôme d’herboriste au profit de la science et de la chimie. Néanmoins, selon un magazine pharmaceutique français, on compte encore actuellement une quinzaine d’herboristeries en France et 88% des officines ont un rayon dédié aux médecines naturelles. Par ailleurs, 83% des pharmaciens constatent une demande en augmentation pour ce type de produit, et 40% des français déclarent en avoir recours régulièrement.

La médecine naturelle de nos jours

Près de 450 plantes sont inscrites dans la Pharmacopée française, registre national des plantes traditionnelles contrôlées par l’ANSM. Parmi ces plantes, 148 figurent dans la liste des plantes libérées : elles peuvent être cultivées et vendues sous une forme naturelle ou en poudre par n’importe qui, à condition de ne pas mélanger plusieurs plantes ni de fournir aucun conseil de santé.

D’après la Société Internationale de Médecine et de Physiologie Intégrative (Simepi), la phytothérapie est ainsi un outil thérapeutique complémentaire qui augmenterait la performance du médecin.

Quelques plantes utilisées dans la phytothérapie en France

Ces plantes représentent un échantillon minime de ce que peut contenir la Pharmacopée française, mais font des miracles lorsqu’elles sont utilisées à bon escient :

  • La luzerne est appréciée pour ses qualités re-minéralisantes car elle contient d’importantes quantités de fer, de calcium, de magnésium et de potassium. Elle contient également des vertus nutritives et anti-cholestérol et une action anti-hémorragique grâce à la vitamine K.
  • L’huile essentielle de lavande est recommandée pour la décontraction musculaire, la concentration, les infections des voies respiratoires, les rhumatismes et insomnies… Depuis très longtemps, on l’utilise aussi pour ses propriétés cicatrisantes, antiseptiques et antivenimeuses.
  • L’olivier contient des bienfaits cardio-vasculaires, antioxydants et anti-cholestérol
  • Le romarin, antioxydant, possède des propriétés digestives, antibactériennes, antidépressives, antispasmodiques. Il stimule l’activité du système nerveux et de la circulation sanguine.
  • La sauge souvent associée à la longévité et l’immortalité permet d’accroître la fertilité, de soigner les infections des voies respiratoires et contient des propriétés antivenimeuses réputées.

Un équilibre naturel et durable

La phytothérapie privilégie un équilibre durable de l’organisme, en agissant de manière globale et sans effet secondaire. Avec des effets curatifs et préventifs pour les maladies et infections, certains l’associent à leur démarche de développement durable et écologique et agissent ainsi pour leur propre bien-être.

les plantes ont franchement bien la côte auprès de français.