Coluche, légende du rire au grand coeur

solidarité

Coluche, c’est l’histoire d’un mec de Montrouge, qui porte une salopette rayée. Du rire aux larmes, des petits boulots aux Césars, cette personnalité au grand coeur a mis son humour, son succès et son insolence au service des plus démunis.

Un homme aux multiples visages … et virages

Michel Colucci a touché à tout avant de devenir le célèbre Coluche ! Il multiplie les petits boulots à Paris, sa ville natale ! Il bricole dans les sports mécaniques, fait des bouquets chez un fleuriste, rejoint le 60ème régiment de l’infanterie de Lons-le-Saunier, chante des chansons de Boris Vian ou Georges Brassens aux terrasses de café, assure la plonge dans un resto ou fait le métier de régisseur et barman dans un cabaret parisien.

Comique de scène et star du cinéma

A 26 ans, au tout début de sa carrière il revendique sa grossièreté mais, selon lui, « sans jamais tomber dans la vulgarité », Coluche impose un style nouveau et sarcastique par sa liberté d’expression en s’attaquant aux tabous, aux valeurs morales et politiques de la société.

En 1975, il devient célèbre en parodiant un jeu télévisé : « Le Schmilblick ». Un an plus tard, il occupe joyeusement le grand écran avec succès entre « L’aile ou la Cuisse », « L’inspecteur la bavure », « Deux heures moins le quart avant J.C. » ou « Le maître d’école ».

En 1984, il obtient le césar du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans « Tchao Pantin ». Un changement radical pour un acteur longtemps cantonné aux rires, Coluche brille sous les traits d’un pompiste de nuit dépressif et porté sur la bouteille. Il dira « Ces cons-là m’ont filé un César pour mon interprétation alors que je n’ai strictement rien fait. On m’a juste filmé dans ma déprime« .

Coluche et la politique

En 1981, il se présente à l’élection présidentielle. Une boutade qui va vite le dépasser lorsqu’un sondage le crédite de 16 % des intentions de vote…Confronté à une trop forte pression et des menaces, Coluche jette l’éponge et retire sa candidature, en jurant : « Je ne toucherai plus jamais à la politique. Trop dangereux… »

La naissance des restos du coeur

En 1985, sur Europe 1, la graine est plantée: «J’ai une petite idée comme ça ! un resto qui aurait comme ambition de distribuer deux ou trois mille couverts par jour». La première campagne des Restos du Coeur rassemble plus de 5 000 bénévoles et 8,5 millions de repas. Jean-Jacques Goldman crée alors la chanson des Restos !

Malgré la disparition de Coluche en 86, une deuxième campagne s’organise : des associations départementales se multiplient. En 1989, c’est le premier concert des Enfoirés et de nouvelles structures voient le jour: les Camions du Cœur, les Relais du Cœur, les Toits du Cœur, les Jardins et Ateliers du Cœur. Aujourd’hui la mission et les valeurs des Restos du coeur sont bien ancrées.

Une personnalité française qui a franchement œuvré dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion