Le lifting écologique de la Tour Montparnasse

tour

La Tour Montparnasse, plus haut gratte-ciel de Paris, inauguré en 1973, va faire peau neuve à l’occasion des jeux Olympiques de 2024. Ce projet audacieux et écologique de Tour Montparnasse 2.0 se veut exemplaire sur le plan énergétique.

Métamorphose pour une façade lumineuse et transparente

Sept propositions étaient en concurrence. Celle qui a été choisie conserve la silhouette caractéristique du bâtiment de 58 étages, une forme d’amande avec son échancrure triangulaire aux extrémités. Sa hauteur sera allongée de 18 mètres pour atteindre 227 mètres. La tour sera dotée d’espaces végétalisés, elle consommera dix fois moins d’énergie, 70% de la ventilation sera naturelle grâce à l’exploitation des vents.

Des architectes Français 

C’est un groupement d’architectes français, la Nouvelle AOM (l’Opération Maine-Montparnasse) qui a remporté le concours international d’architecture pour la rénovation, au terme d’une finale qui l’opposait à un cabinet américain. L’équipe française s’installe au 44e étage de la tour pendant 1 an afin de vivre et s’imprégner totalement de l’ambiance avant le début des travaux prévu en 2019. Les architectes parlent de la future Tour Montparnasse 2.0 comme «une Tour vivante en permanence, passant de l’opacité à la transparence».

La Tour Montparnasse, de l’ombre à la lumière

Du sombre maronnasse, la nouvelle tour passera au clair. D’opaque, elle deviendra transparente. D’énergivore, elle sera ultra-écologique avec sur son toit au 59e étage, une serre bioclimatique où pousseront, à 227 mètres d’altitude, des salades !

A ses pieds, quatre patios arborés apporteront de la lumière. La Tour 2.0 sera épaissie sur ses 13 premiers niveaux de balcons végétaux . Au 14e, une immense terrasse-jardin dominera Paris et diminuera la prise au vent. Plus haut, les 42e et 45e étages abriteront un hôtel d’une soixantaine de chambres. Un système de double peau de 20 à 60 cm d’épaisseur doublé de stores permettra à la tour de respirer et d’être performante sur le plan énergétique. Ses angles accueilleront des jardins d’hiver.

Au sommet, on parlera essentiellement d’énergie renouvelable avec des collecteurs d’eau de pluie, de rayonnement solaire, de vent et de lumière. Des panneaux photovoltaïques installés sur le dôme de verre alimenteront en continu les besoins énergétiques quotidiens de la Tour et couvriront 100 % des besoins des espaces de visite en eau et en électricité. L’eau de pluie récupérée au centre du « capteur bio-clima­tique » est prévue pour couvrir entièrement tous les besoins en arrosage des jardins couverts.

A vos marques, prêts, partez ! 450 sociétés et 6 000 personnes devront migrer pendant les quarante mois prévus pour les travaux !

Du verre, du vert, de la lumière … et des salades : un vertigineux projet qui fait passer la Tour Montparnasse au vert.