Des petits chevaux pour guider les aveugles

chevaux_guides_aveugles_franchementbien

Dans le parc du Domaine de la Geneste à Châteaufort dans les Yvelines, un poney de Terre-Neuve se balade tranquillement. Ce cheval miniature, à peine plus grand qu’un chien Labrador, pourrait un jour être formé ici en tant que guide pour aveugles.

Une idée insolite, mais pas forcément folle et encore moins irréalisable. 1 000 de ces équidés servent déjà d’aides à des non-voyants aux Etats-Unis. « Par comparaison, il n’y a que 1 200 chiens-guides en France », souligne Jean Bouissou, président de l’Association Quintette. Ce bel homme de 57 ans, mal-voyant, a créé cette association dans ce but. « Il faut 15 000€ pour acheter deux chevaux et 60 000€ pour assurer le fonctionnement, c’est-à-dire payer le formateur, les soins, la nourriture. »

Le Domaine de la Geneste, lieu qui accueille diverses manifestations, servirait ainsi de « centre expérimental ». Sa propriétaire, Isabelle Pasik, très concernée par les problèmes des mal-voyants, a déjà installé des panneaux en braille sur le parcours de l’arboretum. Ce projet va concerner des personnes bien spécifiques, qui ont une maison avec un terrain pour le cheval et qui habitent plutôt à la campagne. Jean Bouissou, dont le chien-guide a déjà 9 ans, explique les avantages de la démarche. « D’abord, un cheval peut vivre jusqu’à 30 ans. Si la formation, en gros de 18 mois, peut revenir cher, elle est par la suite mieux amortie. Le cheval se montre « plus intelligent » que le chien, répondant « à plus d’ordres et se dressant rapidement. » S’ils reconnaissent qu’un cheval, aussi petit soit-il, ne tiendra pas trois heures sans bouger dans un bureau, Jean et Isabelle veulent aller au bout de leur démarche. « Si on peut faire le bonheur ne serait-ce que de 10 personnes en France, ce sera déjà une belle victoire. »

C’est aux Etats-Unis en 1999 que la « Guide Horse Foundation » a été créée pour fournir des chevaux miniatures comme animaux d’assistance aux personnes aveugles vivant en zones rurales ou pour offrir une alternative aux malvoyants allergiques aux poils de chien ou simplement ayant peur des chiens. Une expérience a été tentée en Europe, plus précisément en Allemagne, en 2003, avec une jument guide de 80 cm de haut. Pour le projet de Jean Bouissou, c’est Nathalie Marmuse, propriétaire d’un centre d’élevage de chevaux au Tremblay-sur-Mauldre qui sélectionnera les deux premiers mini chevaux qui seront formés pour être guides, en fonction de leur capacité à travailler et à vivre avec les hommes.

Une idée originale et franchement bien !