La France et les licornes de l’économie collaborative

Blablacar, AirBnB, Uber ou Le Bon Coin, autant de sociétés qui ont révolutionné notre manière de vivre avec une idée toute simple : le partage.

276 plateformes, à 70% françaises, sont actives dans l’Hexagone, et près d’un Français sur deux a déjà acheté ou vendu à un autre particulier sur Internet en 2015. Ce modèle économique basé sur l’échange et le partage de biens, de services, de temps et de connaissances entre particuliers est appelé économie collaborative et connait un fort succès depuis la fin des années 2000.

La particularité commune de ces sociétés est de favoriser la relation directe entre les particuliers en limitant les intermédiaires. Leur expansion est facilitée par les innovations technologiques et notamment le développement des plateformes internet collaboratives.

Le fonctionnement de ces sociétés, qui en moins de dix ans se sont valorisées pour certaines à plusieurs milliards d’euros, pose quelques questions au législateur français. Aussi un rapport et 19 propositions sur l’économie collaborative ont t-il été remis par le député Pascal Terrasse début février au Premier Ministre. Propositions dont l’objectif est de mieux encadrer l’utilisation de plateformes telles que : améliorer la protection sociale des travailleurs qui se servent de ces réseaux, mieux protéger les consommateurs et permettre de mieux encadrer la fiscalité de ces sites et d’obtenir plus de transparence de leur part.

« L’économie collaborative, est une alternative crédible à un modèle de consommation qui s’essouffle » estime le député. Il s’agit de trouver des pistes pour que cette économie d’un genre nouveau, qui génère en France 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et représente près de 13 000 emplois, puisse se « développer au profit de l’économie dans son ensemble.».

Affaire à suivre…