La France vise le record mondial des plus hautes tours d’habitation en bois

Deux tours de plus de 50 mètres de haut (16 à 18 étages), « Hypérion » d’Eiffage et « Silva » de Kaufman & Broad vont être construites à Bordeaux.

Du bois partout… même en façade et un parking en surface

Les deux tours ressembleront à des tours classiques. Sur la tour Hypérion le bois sera apparent au niveau du dessous des balcons, là où il sera protégé. Autre originalité d’Hypérion, les parkings seront en surface et au premier niveau, invisibles car inclus dans la construction. La tour Silva, elle, alliera le bois à un bardage métallique.

Ces projets vont prouver les capacités du bois à atteindre de grandes hauteurs, puisqu’il sera utilisé en structure porteuse, même si le noyau central (cages d’escaliers et ascenseurs) sera en béton pour assurer la stabilité au vent. La construction d’Hypérion devrait aller vite : démarrage du chantier vers septembre 2017 et une livraison en janvier 2020 selon le planning actuel.

Des entreprises locales fourniront le bois

Avec cette opération spectaculaire, Bordeaux veut avant tout développer la filière bois française et, si possible, locale. Pari réussi puisque le bois de type massif, utilisé notamment en planchers pour Hypérion et Silva (appelé le lamellé croisé ou CLT) sera fourni par une PME locale, Sacba, une des rares en France à concurrencer les finlandais et les autrichiens dont dépendent actuellement le marché européen du CLT. Quant au bois utilisé en structure et ossature, Lamecol sera présent sur Hypérion, tandis que Techniwood partagera ce marché avec IBS pour Silva.

La France championne du monde

La France va établir un nouveau record mondial avec ce projet. Au niveau européen, Hypérion et Silva détrônent, du fond de leurs cartons, la tour « Treet » de 14 étages située à Bergen, en Norvège. Hors d’Europe, au Québec, une construction a atteint les 13 étages, et Melbourne s’orne d’une tour en CLT de 10 étages.

D’autres projets importants d’architecture en bois sont en préparations, en particulier en Autriche. Le bois continue d’explorer ses limites et ne les a pas encore trouvées.

Pour en savoir plus, c’est ici.