Paris, capitale mondiale des palaces

Palace

Paris est la destination préférée des touristes du monde entier. Nous en sommes très fiers évidemment. Le nombre exceptionnel de ses palaces n’y est pas étranger. Ils sont aujourd’hui 10 à pouvoir prétendre à ce classement. D’autres s’y préparent et se refont une beauté.

Dans la famille 5 étoiles, je demande les palaces…

La réforme du classement hôtelier français, mise en place par la loi du 22 juillet 2009, est à l’origine de la création de la catégorie « 5 étoiles ».
Encore plus prestigieuse est la distinction « Palace » qui permet la reconnaissance d’hôtels 5 étoiles présentant des caractéristiques exceptionnelles. De part leur situation géographique, intérêt historique, esthétique et/ou patrimonial particulier, service sur mesure, ce sont des établissements d’exception.

Depuis 2009, 24 hôtels classés 5 étoiles ont obtenu en France la distinction « Palace ».
Paris en compte aujourd’hui 10 à elle seule.

Les grands classiques à la française

Tout d’abord les palaces au classicisme traditionnel français tels que le Meurice (le plus ancien, datant de 1835 avec Alain Ducasse au fourneau), le Plaza Athénée (au cœur du Paris de la Haute Couture), le Park Hyatt Vendôme (au cœur du Paris des joailliers), le Four Seasons Georges V (Art déco et Champs Elysées),  le Royal Monceau Raffles (avec son décor Philippe Starck et son brunch le plus couru de Paris), le Bristol (avec la suite la plus chère de la capitale qui frôle 30000€ la nuit), et depuis peu le Crillon, fleuron national sur la place de la Concorde, détenu par un membre de la famille royale d’Arabie saoudite.

Les exotiques

Puis les plus exotiques, enseignes de luxe asiatiques ou moyen-orientales : le Shangri-La (avec sa délicieuse cuisine cantonaise et sa vue imprenable sur la Tour Eiffel) , le Mandarin Oriental (réputé pour son espace et son raffinement extrême) et le Peninsula (avec son splendide roof top-jardin), propriété d’un fond qatari.

Les futurs petits nouveaux

Enfin, deux réouvertures très attendues en 2018 et 2019, celle très prochaine du Lutetia, propriété de l’israélien Alrov et annoncé comme le premier palace de la rive gauche. Trois ans de travaux considérables, la création d’un spa et d’une piscine, trois fois plus d’ascenseurs… auront pour conséquence directe et voulue, le doublement du prix moyen de la nuitée.
Et dans un an, l’ouverture sur l’autre rive de la Seine du Cheval Blanc, propriété du groupe LVMH, dans l’ex-Samaritaine.

Appréciés par une clientèle fortunée et internationale, les palaces parisiens sont franchement la preuve du grand raffinement du luxe à la française.