Ramasseurs de balles à Roland-Garros 

Ramasseurs de balles

Jeu, set et match. Très entraînés et encadrés, ils sont toute une armée de jeunes entre 12 et 16 ans, longeant les courts en petites foulées sur une chorégraphie bien étudiée. Reconnus sur le circuit mondial du tennis pour être les meilleurs, les ramasseurs de balles de Roland Garros sont rapides, discrets et efficaces.

Ils ont réalisé leur rêve d’être sur le tournoi auprès des meilleurs joueurs, sélectionnés à l’issue d’un vrai parcours du combattant.

C’est le cas de Mattéo, 15 ans, originaire de Reims qui participe au Tournoi de Roland Garros 2018 pour la première fois. Il nous raconte…

Une sélection exigeante, des ramasseurs pas à « 2 balles » :
Impossible de passer à travers les mailles du filet pour être sélectionné comme ramasseur à Roland !

D’abord, la journée de sélection. Elle se déroule généralement en octobre dans les quatre coins de France. Lors de cette journée, les entraîneurs de la Fédération Française de Tennis demandent aux 4.000 candidats d’effectuer une série d’épreuves physiques et techniques, « pleins de test sur l’esprit d’équipe, la motivation, la rapidité et des épreuves de lancers et de roulés. » nous dit Mattéo. Les roulés sont des gestes précis et techniques car la balle doit rouler sur le sol (sans rebondir) et faire le tour du terrain très rapidement entre les ramasseurs pour arriver près du serveur.

A l’issue de cette journée, seulement 450 candidats sont préselectionnés pour participer à la deuxième étape du processus, le stage de formation. D’une durée de 5 jours, le stage est intense. «Tous les matins, on est réveillés à 8h00. A 9h30 on doit être prêt pour l’échauffement. Deux kms de footing, des gammes de montée de genoux, talons-fesses, pas chassés, pas croisés, jambes tendues, sauts, et derrière un échauffement avec des roulés ».

Avec des mises en situation et un vrai travail technique, les candidats sont de nouveau sélectionnés. Seuls 250 pourront fouler la terre battue !

La consécration des « ballos » :

L’heure des premiers échanges a sonné et les « ballos » (surnom donné aux ramasseurs) doivent se tenir prêts dès les qualifications et pour 3 semaines intenses.

Chaque journée commence par un briefing. Les entraîneurs nous donnent nos groupes, nos rotations (période pendant laquelle les ramasseurs de balles sont sur le terrain, elles durent généralement de 35 à 45 minutes), et le nombre d’équipes entre les ramasseurs de fonds et ceux des filets. Après le briefing on part à l’échauffement , on traverse l’allée principale en chantant « le réveil au stade ».

Ils sont actuellement 250 comme Mattéo, âgés de 12 à 16 ans, présents du matin au soir pendant la durée du Tournoi. Ils font parti de l’élite des ramasseurs de balles du tournoi du Grand Chelem.

Alors, faire partie de cette aventure inoubliable, n’est-ce-pas franchement de la balle ?

Diane Fernandez