Un avion hypersonique français pour 2020

l'avion du futur

On connaissait le Concorde, cet avion de ligne supersonique qui reliait Paris à New York en 3h30 en 1977. Aujourd’hui, le centre français de recherche aérospatiale prépare un avion hypersonique d’ici 2020 qui volera presque cinq fois plus vite que son ancêtre le Concorde.

Un avion hypersonique à Mach 8

Son nom de code : Hexafly, sa particularité : un avion-planeur hypersonique destiné à une utilisation grand public qui pourra atteindre la vitesse de 9800 km/h, Mach 8. Un avion qui effectuera un vol Paris-New York en trente minutes !

Dans ce projet ambitieux, Hexafly-International a pour objectif de bouleverser notre rapport à la distance et ainsi faire de la planète un village de quartier grâce à son avion hypersonique !

Le Concorde volait à Mach 2 (2179 km/h), Hexafly, lui, volera presque cinq fois plus vite et sera silencieux comme un oiseau.

Nous nous souvenons tous du Concorde, cet avion mythique, appelé « l’oiseau blanc ». Son élégante silhouette volait deux fois à la vitesse du son et aucun avion, civil ou militaire, n’était capable de le rivaliser. Baptisé « Concorde » par le général de Gaulle, son premier vol d’essai est réalisé en mars 1969, il marque les esprits. Le premier vol à effectuer un passage supersonique (c’est-à-dire à franchir le mur du son) a lieu en octobre 1969. Il faudra près de 5 ans de tests au sol et près de 800 heures de vol avant que Concorde reçoive, en octobre 1975, son certificat de navigation. La première sortie hors de France a lieu en direction de Dakar soit un vol de 2h30. Sa cabine longue, effilée comme un cigare est constituée de hublots miniaturisés. Elle mesure 39,32m de long, 2,62 de large et 1,95 de hauteur. Les 128 sièges sont disposés de 2 en 2 de part et d’autre d’une étroite allée centrale. Il décolle sec ! presque à la verticale ! C’est au moment du décollage que l’on prend conscience de sa puissance. 

Un avion hypersonique pour 2020

La première étape implique de faire une batterie de simulations numériques, pour prouver que les performances théoriques correspondent à celles attendues.

Impossible, donc, de savoir aujourd’hui si ce concept d’avion pourrait voler sans des tests physiques. Dans un communiqué de presse, l’Onera cite « Dans ce projet de long terme ambitieux, Hexafly-international se donne pour objectif d’éprouver la formule aérodynamique et sa contrôlabilité dans un large domaine de vol ».

Les chercheurs vont lancer des tests au sol, morceau par morceau. Par exemple, l’aérodynamique du planeur fera l’objet d’essais en soufflerie sur une maquette de planeur qui aboutirait sur une version propulsée. Côté environnemental, l’Onera travaille sur la réduction des nuisances sonores et le « boom » supersonique. Ce « bang » très sonore se crée lorsque l’avion atteint la vitesse du son et est difficilement supportable par les populations au sol. L’Onera recherche des solutions pour réduire ce son et le rendre acceptable.

Le projet Hexafly dispose d’un soutien sérieux et puissant, puisqu’il regroupe de nombreux instituts de recherche européenne comme l’Esa et l’Onera, mais aussi l’industriel Airbus.

Le centre français de recherche aérospatiale débutera ses premiers tests en 2019 avec dans le viseur un premier vol en 2020 sur le pas de tir d’Alcantara au Brésil.

Un franchement bel oiseau de fer nous attend pour partir à l’autre bout du monde en un claquement de doigts !

Crédit photo : ONERA

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>