Un orchestre symphonique de gamers

Orchestre symphonique

Quand un orchestre symphonique formé de cordes, bois, cuivres et percussions se consacre exclusivement à la musique de jeux vidéo, cela donne un ensemble de pixelophonistes. Rencontre avec Pixelophonia.

Interview avec Robin Melchior, un sacré chef d’orchestre :

Pixelophonia : une parfaite symbiose 

Pixelophonia, c’est un ensemble symphonique associatif d’environ 45 musiciens complices, spécialisé exclusivement dans les musiques de jeux vidéo.

Dans son répertoire créatif, une relecture de thèmes les plus célèbres de l’histoire du jeu vidéo comme Mario, Zelda ou Final Fantasy VII. On retiendra deux morceaux français autour de Rayman avec, en concert, un medley interactif où le public est le héros.

Et Pixelophonia, pourquoi ce nom ?

Réponse simple de Robin (ben oui franchement évidement, quelle question !) : pixel pour numérique et phonia pour le son !

La particularité des musicos gamers 

De formation classique, la plupart des musiciens sont des passionnés, mordus de jeux vidéos et tous leurs morceaux sont recomposés. La joyeuse équipe de musico-gamers, arrangeurs et orchestrateurs, propose des versions décalées, surprenantes et explosives. Chaque musicien a son chapeau, son totem en référence à son univers de gamers ! D’ailleurs chaque membre de l’orchestre se doit de trouver son chapeau lorsqu’il rejoint la troupe. Ils ont chacun un petit nom, un pseudo comme Taeboeboe le percussionniste ou Exelodia le chef d’orchestre…

D’où viennent-ils ?

A l’origine du projet, il sont sept ayant tous fait leurs classes sur les bancs du Conservatoire de Paris. C’est là qu’ils fondent, en 2012, la Société des Ecrituristes Gamers Arrangeurs désireux de composer et de s’amuser avec les codes de cet univers musical peu conventionnel.

Ce n’est qu’en 2014 que le groupe, devenu orchestre, se lance dans ses premiers concerts, abandonnant les compositions originales pour se consacrer exclusivement aux réarrangements des grands thèmes de jeux vidéo.

Ce ne sont pas les morceaux très symphoniques qui leur demandent le plus de travail. Comme dit Robin « Le plus intéressant, c’est la réorchestration des vieilles musiques les plus basiques. On se permet même généralement d’en faire quelque chose de beaucoup plus élaboré. »

En septembre dernier, la bande de gamers s’empare de l’Opéra Bastille pour un concert exceptionnel et fait salle comble, 4 heures de musique, des arrangements personnels, décalés, des créations de toutes pièces…

L’univers musical du jeu video en version symphonique où créativité et humour se mêlent franchement harmonieusement !

Crédit photo : Pixelophonia