140 parfums de sirops multicolores fabriqués à Bourges

En plein centre-ville de Bourges, dans le département du Cher, 150 000 bouteilles de sirops aromatisés sortent chaque jour de l’usine MONIN qui a fêté ses 100 ans en 2012.

140 parfums, du caramel au kiwi, en passant par le pain d’épice, la fleur de cerisier, le beurre de cacahuètes… Les bouteilles de sirop Monin, tel un tableau multicolore, décorent quantité de cafés français.

En difficulté dans les années 1990, le groupe familial français a choisi de se développer à l’international. Une idée ambitieuse car le sirop n’existe pas sur tous les continents. Sa consommation est, traditionnellement, très européenne. Vingt ans après, pari réussi : 75 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’exportation.

Cette réussite, la société Monin, qui emploie 400 personnes dont 180 à l’étranger, la doit à un efficace maillage international. Elle reçoit régulièrement, à Bourges ou Paris, des barmen du monde entier, sollicités pour donner leur opinion sur les produits et faire remonter les tendances gustatives du moment, de New York à Tokyo.

Des goûts spécifiques sont créés pour chaque région du monde, comme la fleur de cerisier au Japon ou le beurre de cacahuètes aux États-Unis. Pour être au plus proche de ses clients, l’entreprise a installé des usines en Malaisie et aux États-Unis.

D’année en année, dans les laboratoires Monin, les chimistes développent de nouveaux goûts. Que diriez vous d’un verre de sirop d’hibiscus, d’aspérule, de brownie ou encore de barbe à papa ? Un choix franchement difficile…