J.M. Weston, les mocassins limousins

Entreprise française centenaire, J.M Weston est un chausseur haut-de-gamme, made in Limoges. La marque est une figure emblématique du savoir-faire tricolore qui fait de ses produits une véritable apologie du luxe, de la qualité et de la solidité.

Weston est, malgré un nom qui sonne très British, une entreprise de chaussures de luxe française née à Limoges, oui Monsieur!

Fondée par Édouard Blanchard et son fils Eugène, qui, revenant des États-Unis, et précisément de la ville de Weston, dans le Massachusetts, ont dans leur valise une technique de piqûre de la semelle qui propulsera la manufacture.

L’entreprise adopte le nom et change de méthode de production en 1922 et passe ainsi de 600 paires à 60 paires par jour afin de se concentrer sur la qualité de sa production. Aujourd’hui, ce sont 70 000 paires par an qui sortent de ces ateliers où tout est fait à la main. 

Qui sait ce que signifie le ” J.M”  de J.M Weston ?

Les initiales d’un prénom ? Pas franchement !

Le directeur artistique de la maison, Michel Perry, lorsqu’on l’interroge sur la signification de ces initiales,  propose  « Je Marche » ou encore  « J’aime » ! En réalité, même au sein de la prestigieuse marque on ignore le sens des deux initiales !

 

J.M. Weston en quelques dates ;

  • 1891 : Ouverture de la manufacture de chaussures à Limoges.
  • 1932 : Ouverture d’une boutique sur les Champs-Elysées.
  • 1946 : L’emblématique Mocassin 180 naît.
  • 1974 : Acquisition par la famille Descours; J.M. Weston multiplie les ouvertures dans toute la France.
  • 1986 : Inauguration de sa première boutique à l’étranger à New York en hommage au voyage américain d’Eugène Blanchard.
  • 1988 : La renommée est mondiale avec un réseau de 40 boutiques à travers le monde.

C’est Weston qui réalise les bottes de la garde Républicaine et de la gendarmerie nationale.

200 employés peaufinent les souliers avec un souci permanent du zéro défaut.

L’entreprise, ayant du mal à recruter de la main d’œuvre qualifiée, a ouvert une fondation en 2011 qui participe à la formation des Compagnons du devoir, mais a également créé sa propre école qui forme 10 à 15 personnes chaque année. 

Une paire de Weston représente deux mois de travail : découpe de la peau, piqûre de la tige, découpe de la semelle, montage et bichonnage ! 150 opérations manuelles sont enchaînées avec la plus grande attention.

Le modèle phare de la marque reste le mocassin il représente 18% de la production totale.

Alors, très Franchement,  J.M pourrait peut-être dire « Jolis mocassins » ?

Au risque de paraître cire-pompes, la marque est inusable ! et Jean-Louis Descours disait même : « Avec cinq paires, on peut faire toute une vie » !

Crédit photo : J.M Weston

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>