La France à la pointe dans la mesure des gaz à effet de serre

mesure_gazàeffetdeserre_franchementbien
mesure_gazàeffetdeserre_franchementbien

La France travaille à des satellites qui pourront identifier les sources d’émission de gaz à effet de serre et les quantifier. Ces satellites, véritables vigies du climat sont mis au point par le Centre national français d’études spatiales (CNES).

Baptisés Merlin et Microcarb, les deux projets de satellites chargés de scruter le climat depuis l’espace ont été présentés au Bourget dans le cadre de la COP 21.

Fabriqué par Airbus, le satellite Merlin devrait être mis en orbite en 2020 en partenariat avec l’Allemagne et sa mission sera de mesurer les émissions de méthane dont la contribution au réchauffement climatique est 25 fois plus élevée que celle du CO2. Il pèsera 400 kilos et utilisera un instrument appelé Lidar, qui émettra des “tirs lasers” vers la surface de la Terre puis analysera le signal réfléchi pour en déduire la quantité de méthane présente dans l’atmosphère.

Le satellite Microcarb devra, lui, mesurer les émissions de CO2.

Chacun des satellites mesurera environ un mètre, et coûtera près de 150 millions d’euros. Il passera tous les quatre jours au-dessus du même endroit pour fournir une image fiable et précise.

In fine, le projet est de pouvoir établir des cartes comme des cartes météo avec une image exacte des nuages de méthane et de gaz carbonique.

La France semble décidée à jouer un rôle pionnier dans l’écologie pragmatique et non dogmatique, et cela c’est Franchement Bien.