Les amoureuses du Made in France

alliances-ethiques-paulette-a-bicyclette_franchementbien

Chez Franchementbien, on aime parler de jolies rencontres… parce qu’autour de nous, il y en a plein des gens bien qui aiment la France et se sont fixé comme objectif de montrer le meilleur de ce qu’on y fait.

Cette jolie rencontre a eu lieu la semaine dernière dans un café parisien proche de la gare Saint-Lazare avec deux jeunes femmes et mamans qui se sont mises à leur compte en 2011 pour porter hautes les couleurs du Made in France dans la presse et les médias.

Leur talent ? La communication.

Leur passion ? Les petites marques françaises soucieuses de qualité et d’authenticité qui font vivre un savoir-faire bien d’chez nous de manière éthique et raisonnée.

Leur idée ? Sortir des sentiers battus des grosses agences de relations presse et monter la première agence à taille humaine exclusivement dédiée à des petites marques du Made in France.

Leur objectif ? Aider ces marques, parfois tout juste embryonnaires, à construire, développer et maîtriser leur réputation, tout en participant au rayonnement du patrimoine artistique et culturel français.

Et quand elles en parlent, pas de blabla, on y croit ! Il n’y avait qu’à voir leurs yeux s’allumer en citant cette jeune marque de joaillerie éthique ou cette autre marque d’accessoires pour mariés qui, pourtant, n’ont pas encore les moyens de rémunérer leur travail à sa juste valeur. “Ca n’est pas grave, ça n’est pas pour ça qu’on le fait, et puis, qui sait si ces marques ne seront pas demain des fleurons du luxe français !” disent-elles en substance dans un sourire pour évacuer ces questions bassement matérielles.

Franchement bravo à Victoire et Elodie, ainsi qu’à leur associée Carine, basée à Bordeaux et que nous n’avons pas encore eu l’occasion de rencontrer, pour la belle idée de l’Agence Victoire !

Impression

Article précédentLa Pop-Up House, une belle histoire !
Article suivantInterview d’Arnaud, co-fondateur de Franchement Bien
Arnaud S.
J'ai 32 ans. Et cela fait maintenant plusieurs années que je peste contre nos gouvernants, de gauche comme de droite. Il est si désespérément visible que leur ambition personnelle outrepasse, pour la plupart et sans limite, la recherche de l'intérêt général qui devrait pourtant représenter leur graal. Comment pousser des réformes aussi nécessaires qu'impopulaires lorsque votre premier objectif est la réélection ? Comment imposer des évolutions courageuses lorsque vous devez en large partie votre ascension à une intelligentsia qui n'a pas intérêt à ce que les choses changent ? Comment comprendre la réalité économique du terrain et des 3,2 millions de PME que compte notre pays lorsque vous restez impuni à voter depuis trente ans des budgets en déficit ? Comment être compétitif lorsque les dépenses publiques représentent plus de 50% du PIB du pays ? Lorsque 2,3 actifs sur 10 sont des fonctionnaires à l'emploi protégé, à la productivité non encouragée ? Alors, plusieurs fois ces dernières années, je me suis dit : "au lieu de te plaindre, vas-y, sois positif, engage-toi et fais mieux qu'eux !" Mais je crains trop les compromissions à accepter, inévitables pour grimper rapidement les échelons. Je crains trop la maîtresse égoïste et totale qu'est la politique pour imposer cela à ma famille. Et pourtant, dans sa vocation même de service de la collectivité, quel beau métier cela doit être... FranchementBien est donc ma manière de m'engager. Bien en sécurité derrière un ordinateur, certes. Mais avec la volonté d'être utile. De présenter face à toutes les mauvaises nouvelles que nous voyons, entendons et lisons chaque jour sur la France, des analyses et anecdotes qui montrent que notre pays a des atouts pour avancer malgré tout dans la tempête.