Maison Fabre : gantiers à Millau depuis 1924

Ils fabriquent des gants dans l’Aveyron depuis 1924. Olivier Fabre, entrepreneur passionné et engagé a repris la suite de ses parents, grands- parents et arrière grands-parents pour continuer à faire vivre ce savoir-faire artisanal de travail du cuir. Il favorise le circuit court dans le choix de ses cuirs et de ses laines et a organisé une filière locale de recyclage de ses chutes de cuir. Interview vidéo

Entreprise « Franchement Bien » : Maison Fabre

Rencontre franchement sympa avec : Olivier Fabre

Lieu de tournage : salon Made in France Première Vision

“Bonjour, je dirige la ganterie maison Fabre, installée à Millau dans l’Aveyron depuis 1924. Donc ce qui est franchement bien, c’est d’avoir pu prendre la suite de mes parents, de mes grands-parents, de mes arrières grands-parents. Ce qui est franchement bien également, c’est de pouvoir fabriquer en local à Millau, dans une terre dans laquelle la tradition est ancrée sur le cuir et sur le travail du gant ; de pouvoir continuer ce savoir-faire, d’avoir pérennisé cette activité.

Beaucoup pensent que ça n’existe plus. C’est dans une zone rurale, à Millau dans l’Aveyron, aussi magnifique soit-il. Malgré tout ça, on a réussi à remonter l’atelier, on a réussi à tenir, on a réussi à rendre attractif notre métier. Il y a des personnes incroyables qui arrivent, pas tous les jours, mais de plus en plus souvent, en nous disant : « J’ai envie de m’installer dans l’Aveyron, j’ai envie d’apprendre le métier de gant, j’adore ce que vous faites ».

Et puis ce qui est franchement bien aussi, c’est de se rendre compte qu’au delà du gant, l’Aveyron est un département de cuir d’élevage, c’est un département où l’agropastoralisme a une part extrêmement importante. Et on a réussi à unir tous les professionnels, les 18 professionnels du territoire, sur une association dont j’ai été président pendant trois ans. Et au delà de cette union, aujourd’hui on a réussi à embaucher 50 personnes en CDI, on a donné une impulsion, une dynamique, qui a été un peu communicante d’une entreprise à une autre. Il y a une union commune, c’est d’être sur un territoire, c’est de vouloir transmettre, c’est d’aimer les choses bien faites, d’être à l’opposé de l’obsolescence programmée.

Par exemple chez Maison Fabre, les gants sont garantis sans limite dans le temps. S’ils se déchirent, s’ils se décousent, on vous les remplace gratuitement ou on vous les répare. Après si vous avez la doublure qui se découd, on fera un devis. Mais ça c’est franchement bien, parce qu’en fait dans une époque où tout se casse très vite, tout s’abîme très vite, on ne sait plus où c’est fait, d’où ça vient, etc… Les gens qui viennent nous voir ont vraiment envie de savoir et nous disent ainsi clairement ce qu’ils ne veulent pas :  « Comment c’est étiqueté ? Par où ça passe ? Comment vous faites ? »

Vous voyez, Stéphanie, notre chef d’atelier, est arrivée à Millau il y a sept ans et maintenant elle est chef d’atelier, c’est quand même franchement bien !

Et voilà ce qui est franchement bien, c’est de vivre la vie comme ça, c’est d’avoir une entreprise que l’on aime, c’est d’avoir un personnel qui est très investi, qui vous dit « Vous savez quand on est dans l’entreprise, on a l’impression d’être dans une coopérative d’artisans, on se sent bien. ». Il n’y a pas une pression, même si évidemment on doit faire du rendement et de la qualité.

Ce qui est franchement bien, c’est aussi de se dire qu’on ne jette rien !

Aujourd’hui on a trouvé une entreprise à Toulouse qui s’appelle Authentic Material, qui récupère, qui collecte tous les petits morceaux de cuir, les déchets, les poussières. Ils les compactent, pour faire des galettes. Et ces galettes sont achetées par Gaston Mercier qui est un cellier en Aveyron, pour faire des semelles entre le sabot et le fer à cheval. Donc c’est complètement récupéré, et là on est totalement éco-responsables. Circuit court, puisque l’entreprise est à Toulouse, que c’est entre deux entreprises aveyronnaises, circuit court pour la laine, puisque c’est de la laine locale (nous on a le choix avec sept races de laine, on a préféré travailler la Lacone) car on travaille ainsi le cuir et la laine de la Lacone. Comme ça on a un gant 100% de races d’élevage à moins de 100 km de la ganterie, fabriqué dans la ganterie, et vendu dans le monde entier.

Et ce qui est franchement bien aussi, c’est qu’on travaille avec le cinéma, les artistes, le théâtre. Ma grand-mère a fabriqué les gants pour « Un homme et une femme » : les gants de Trintignant , c’est ma grand mère qui les a fait, les gants du mariage de Grace Kelly c’était ma grand mère aussi. Nous on a fait les gants du film « Grace Kelly » d’Olivier Dahan avec Nicole Kidman, les gants de « La Belle et La Bête » du film de Cocteau….

On a réédité avec le Château de Versailles les gants parfumés de Marie Antoinette, le même gant, le même modèle, la même broderie, le même parfum que lui faisait son parfumeur privé. 36 paires commandées en 2013 par le château de Versailles, aujourd’hui 250 paires vendues !”

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>