“Plus on prend de la hauteur et plus on voit…

Centre Pompidou

Plus on prend de la hauteur et plus on voit loin
…loin.”
Mettons aujourd’hui en avant un des grands hommes que notre pays a compté au XXème siècle : le président Georges Pompidou.
Je suis allé récemment à Beaubourg, le centre culturel souhaité par Pompidou juste avant sa mort et finalement inauguré en 1977 par son successeur Valéry Giscard d’Estaing, pourtant peu convaincu à l’origine par le projet.
Quelle audace que ce “hangar de l’art”, que cette “raffinerie de pétrôle” en plein coeur du Marais, comme le surnommèrent rapidement et en nombre les plus critiques !
Le projet, dérangeant et peu conformiste, fut très mal accueilli, jusqu’au sein même de l’Administration. Je ne suis d’ailleurs pas certain que je ne me serai pas rangé derrière les détracteurs à l’époque, tant l’établissement jure avec l’élégance authentique des immeubles parisiens qui l’entourent.
Et pourtant, quel succès 35 ans plus tard : l’une des 3 plus grandes collections d’art moderne et contemporain au monde avec celle du MOMA à New York et celle de la Tate Modern à Londres, près de 100 000 oeuvres exposées, 5 millions de visiteurs par an. La “verrue d’avant-garde” fait aujourd’hui de la France un pôle majeur de l’art contemporain dans le monde, le courant artistique le plus recherché dans les salles de vente à l’heure actuelle.
Et pour ne rien gâcher, un restaurant panoramique, le Georges, offre, sur le toit du Centre, une vue imprenable et gourmande sur les toits et monuments parisiens. Qu’il est bon de prendre de la hauteur, cela permet de voir loin.