Un français lance l’email qui s’autodétruit

franchementbien_confidential-cc
franchementbien_confidential-cc

Warren Barthes est français. Et, avec Jérémy Landeau et Rachel Tigges, ses deux co-fondateurs, ils sont en train de développer Confidential CC, le Snapchat de l’email.

Vous connaissez Snapchat, l’application permettant d’envoyer à ses contacts une photo à la durée de vie limitée et s’autodétruisant après consultation.

Et bien Warren Barthes a eu l’idée d’adapter cette solution à l’email.

Après plus de deux ans de travail, il a conçu cette application sur laquelle on peut connecter autant d’adresses email que l’on souhaite et choisir d’envoyer des emails en mode “CCC”. Le destinataire est informé qu’il a reçu ce type de message et son contenu s’autodétruit une fois que l’email a été lu, pièces jointes comprises.

Confidential CC a pensé à tout : il est bien sûr impossible de réaliser une copie d’écran exploitable de l’email et les coordonnées de l’expéditeur et le corps de l’email ne sont jamais présentés sur le même écran. Par ailleurs, au fur et à mesure de la lecture de l’email, le début et la fin du message sont floutés afin que l’ensemble du message ne soit jamais visible au même moment.

“L’idée est de redonner le contrôle à l’utilisateur” prône Warren Barthes. L’obectif est également de lutter contre l’encombrement des boites email qui arrivent rapidement à saturation et dans lesquelles 80% des emails n’ont pas vocation à être conservés.

Bientôt un succès français à la Snapchat ?

close

Gardez le sourire et recevez chez vous les nouveaux articles Franchement Bien!


SourceLes Echos
Article précédentIl prend sa douche en 10 secondes chrono
Article suivantBrossage de dents à la française
J'ai 32 ans. Et cela fait maintenant plusieurs années que je peste contre nos gouvernants, de gauche comme de droite. Il est si désespérément visible que leur ambition personnelle outrepasse, pour la plupart et sans limite, la recherche de l'intérêt général qui devrait pourtant représenter leur graal. Comment pousser des réformes aussi nécessaires qu'impopulaires lorsque votre premier objectif est la réélection ? Comment imposer des évolutions courageuses lorsque vous devez en large partie votre ascension à une intelligentsia qui n'a pas intérêt à ce que les choses changent ? Comment comprendre la réalité économique du terrain et des 3,2 millions de PME que compte notre pays lorsque vous restez impuni à voter depuis trente ans des budgets en déficit ? Comment être compétitif lorsque les dépenses publiques représentent plus de 50% du PIB du pays ? Lorsque 2,3 actifs sur 10 sont des fonctionnaires à l'emploi protégé, à la productivité non encouragée ? Alors, plusieurs fois ces dernières années, je me suis dit : "au lieu de te plaindre, vas-y, sois positif, engage-toi et fais mieux qu'eux !" Mais je crains trop les compromissions à accepter, inévitables pour grimper rapidement les échelons. Je crains trop la maîtresse égoïste et totale qu'est la politique pour imposer cela à ma famille. Et pourtant, dans sa vocation même de service de la collectivité, quel beau métier cela doit être... FranchementBien est donc ma manière de m'engager. Bien en sécurité derrière un ordinateur, certes. Mais avec la volonté d'être utile. De présenter face à toutes les mauvaises nouvelles que nous voyons, entendons et lisons chaque jour sur la France, des analyses et anecdotes qui montrent que notre pays a des atouts pour avancer malgré tout dans la tempête.