Une nouvelle saga humaine signée Arthus Bertrand

«HUMAN», la nouvelle saga planétaire du photographe français Yann Arthus-Bertrand, connu dans le monde entier pour la beauté de ses reportages aériens, a été présentée samedi 19 septembre en première mondiale simultanément à la Mostra du cinéma de Venise et à New York, au siège des Nations Unies. Ainsi que dans 500 cinémas en France. Dès le 22 septembre, elle sera mise à la disposition des mairies, ONG ou collectivités locales qui voudront la projeter.

HUMAN est un dyptique de récits et d’images de notre monde pour créer une immersion au plus profond de l’être humain. À travers les témoignages remplis d’amour, de bonheur, mais aussi de haine et de violence, ce film nous confronte à l’Autre et nous renvoie à notre propre vie. De la plus petite histoire du quotidien, jusqu’aux récits de vie les plus incroyables, ces rencontres poignantes et sincères veulent mettre en lumière ce que nous sommes, notre part la plus sombre mais aussi ce que nous avons de plus beau et de plus universel.

À travers les séquences aériennes, Yann Arthus-Bertrand partage avec le spectateur sa vision du monde et des hommes et propose une lecture à la fois poétique et critique de notre planète. Le photographe, fidèle à son habitude, nous entraine dans des paysages d’une beauté à couper le souffle. Lacs immenses, mers déchaînées, grandes montagnes, steppes et déserts, plaines surpeuplées, grands marchés ont été filmés par hélicoptère. Images majestueuses entrecoupées de récits très personnels, souvent poignants, d’une rare sincérité, en très gros plan, tous sur fond noir. Chacun à sa manière, des personnages de toutes races, religions et continents, très différents les uns des autres, se racontent.. Ils parlent librement d’amour, de guerre, de discriminations, de violences, de la liberté des femmes, de l’homophobie. Et aussi de pauvreté, sécheresse, exploitation de l’homme par l’homme, et des désastres écologiques et de leurs conséquences sur les populations.

HUMAN se veut une œuvre engagée qui nous permet d’embrasser la condition humaine et de réfléchir au sens même de notre existence.

Deux fondations reconnues d’utilité publique se sont unies pour permettre à ce film de voir le jour. 
Financé intégralement par la Fondation Bettencourt Schueller et porté par la Fondation GoodPlanet. Ce rapprochement inédit a permis à Yann Arthus-Bertrand de réaliser une œuvre profonde et originale et de la diffuser librement et le plus largement possible.
 Travailler sans contrainte est évidemment le rêve de tout artiste.

  • « Je suis un homme parmi 7 milliards d’Autres. Depuis 40 ans, je photographie notre planète et la diversité humaine et j’ai le sentiment que l’humanité n’avance pas. On n’arrive toujours pas à vivre ensemble. Pourquoi ? Ce n’est pas dans les statistiques, dans les analyses que j’ai cherché la réponse, mais dans l’Homme. »

    — Yann Arthus-Bertrand