Bernardaud : l’intemporelle porcelaine

La maison Bernardaud souffle 155 bougies cette année, 155 ans que cette maison française règne sur la porcelaine de Limoges, contribuant ainsi au rayonnement de la France dans les produits des arts de la table et du luxe.

Une histoire de famille en porcelaine 

L’épopée de la porcelaine française commence à la fin du XIXème siècle lorsqu’un gisement de kaolin, argile blanche nécessaire à sa création, est découvert non loin de Limoges. S’ensuit alors une aventure menée par deux entrepreneurs qui créeront une manufacture de porcelaine, elle-même reprise en 1900 par Léonard Bernardaud, à l’époque jeune apprenti talentueux, qui donnera son nom à la société.

Bernardaud, c’est avant tout une entreprise familiale : Léonard se charge de l’exportation de la marque, notamment aux États-Unis. Jacques, son fils, ouvre le premier bureau de l’entreprise à New-York en 1911.

Malgré la concurrence et quelques années difficiles, la maison reste pionnière dans de nombreux domaines : ce sera la première usine à utiliser un « four tunnel » au gaz en 1949, remplaçant les traditionnels au bois, et la première à innover dans des domaines autres que celui du service de table. Les nombreuses générations qui se succèdent à la tête de l’entreprise réussissent à perpétuer le nom des Bernardaud et à augmenter son influence dans le monde entier.

Aujourd’hui, c’est Michel Bernardaud qui dirige la maison de porcelaine. Il cherche à attirer une nouvelle clientèle, plus jeune, en innovant toujours plus, en variant les formes, les couleurs, les motifs, en collaborant avec des artistes pour créer des services de table ou des bijoux uniques.  Comprenant la nécessité de conserver un statut international, il a créé une filiale de l’entreprise en Chine, transformant ses principaux rivaux en alliés.

 Un savoir-faire bien gardé

La maison Bernardaud s’appuie sur son savoir-faire et sa maîtrise de l’art de la fabrication des assiettes et autres porcelaines. Elle est labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant ( EPV).

Les phases de fabrication sont nombreuses et délicates : du moulage au contrôle qualité, en passant par le pressage isostatique pour les assiettes ou le calibrage pour les tasses, pas moins de 50 étapes sont nécessaires pour arriver à la création de somptueuses céramiques. Une semaine est nécessaire pour réaliser la « pièce en blanc », l’étape où l’objet en porcelaine est créé et prêt à recevoir la minutieuse décoration.

Avec une production de plus de 2,5 millions de pièces par an, Bernardaud montre que la porcelaine, c’est franchement sa tasse de thé.

 

Crédit photo : Bernardaud

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>