Le champagne fait pétiller la France

Champagne

Le monde est vaste, les vins effervescents nombreux, mais il n’y a qu’en France que l’on produit le champagne, « le vin des rois ».

L’aire d’appellation protégée où est produit le champagne s’étend sur 34 000 hectares entre le nord de Reims et le sud de Troyes. Son nom vient de la Champagne, région du nord-est de la France.

Trois cépages majeurs constituent la matière première de ce vin blanc effervescent apprécié dans le monde entier :

  • Pinot noir : il constitue 40% des vignes en appellation et apporte ses arômes de fruits rouges. Ce cépage offre du corps et de la puissance au champagne.
  • Chardonnay : avec 30% du vignoble, c’est le cépage noble apportant des notes florales et d’agrume. Il apporte de la finesse et un caractère minéral.
  • Meunier : présent sur 30% du territoire, souple et fruité, il donne de la rondeur aux champagnes.

Tels des parfums, ces cépages permettent de concevoir une infinité d’assemblages ! Les données géologiques des sols, les contraintes naturelles locales définissent la sélection de ces derniers. Ils constituent la précieuse matière première indispensable à un produit fini de très haute qualité et permettent de définir des caractéristiques uniques propres à chaque champagne.

Les vendanges, concrétisation d’une année de labeur !

A l’automne, la cueillette s’effectue dans la tradition, sans l’aide de machine agricole, pour préserver la qualité des grappes jusqu’au pressoir où pour chaque unité de 4 000 kg s’écoulent 2 550 litres de moût qui donneront naissance à 2 666 bouteilles ! Les raisins sont coupés à maturité dès l’atteinte d’un équilibre entre la teneur en sucre et l’acidité résiduelle. Des vendangeurs venus de toute l’Europe participent aujourd’hui à cette activité, prémisse à la vinification que seuls les viticulteurs champenois vont sublimer.

Mais d’où viennent les bulles ?

Le procédé de vinification communément appelé « méthode champenoise » se réalise via une double fermentation alcoolique.

  • La première permet l’obtention de vins clairs en cuve (sensiblement analogues à la production des vins blancs) : le sucre présent naturellement (et éventuellement ajouté au moût pressé) est consommé par des levures le transformant en alcool et dégageant du gaz carbonique à l’air libre
  • La seconde génère ce qu’on appelle « la prise de mousse » réalisée en bouteille après ajout de sucre et incorporation de levures au vin assemblé. Pris au piège dans la bouteille, le gaz ne peut s’échapper et reste confiné.

S’ensuivent alors des étapes de vieillissement et d’embellissement (suppression du dépôt par dégorgement par exemple) avant de faire sauter le bouchon !

300 millions de bouteilles de champagne sont produites chaque année en France pour les gourmets du monde entier où ce vin mousseux est devenu synonyme de fête et de célébration. Près de la moitié de la production est expédiée à l’export.

Alors, pourquoi pas une escapade franchement bien en Champagne le temps d’un week-end ? Participez à la route du champagne en fête, baladez-vous flûte en main de cave en cave aux cœurs de villages pittoresques pour un moment franchement effervescent !

Antoine VIGIER

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>