Service gagnant pour le français Babolat

raquettes tennis, balles

Cordages, balles et raquettes de tennis, l’entreprise lyonnaise Babolat monte au filet depuis plus de 140 ans. Numéro 1 mondial dans son domaine, l’équipementier français est aussi le cordeur officiel de Roland Garros.

Le jeu en vaut la chandelle 

En 1875, Pierre Babolat, alors spécialiste de la transformation des boyaux de mouton pour l’industrie alimentaire ou les fabricants d’instruments de musique, se lance dans une diversification originale : la confection de cordage pour raquette de tennis.

Essai gagnant ! Babolat devient, dans les années 1920, à l’époque où est lancé le tournoi de Roland Garros, le fournisseurs des plus grands joueurs français, Suzanne Lenglen, René Lacoste…

Actuellement, Eric Babolat, cinquième génération, dirige l’entreprise familiale qui emploie 360 personnes. L’entreprise exporte depuis les années 1950 et réalise 80% de son chiffre d’affaire à l’étranger. Babolat possède de nombreuses usines dans le monde, dont trois sur le territoire français.

Savoir-faire et innovation sous tension

Dans l’usine de cordage, sur le site de Corbas dans la région lyonnaise ou en Bretagne, à Ploermel, les cordes sont toujours faites à base de boyaux de mouton et les techniques utilisées, qui ont fait leur preuve, sont toujours les mêmes.

Parallèlement, depuis sa création, Babolat n’a cessé d’innover et de se diversifier. L’entreprise est la première à introduire des cordes synthétiques, en 1955 ; innovation qui sera elle aussi une réussite. Les premières raquettes sortent de l’usine dans les années 1990, puis les balles en 2000, et les chaussures, faites en collaboration avec l’entreprise française Michelin pour les semelles antidérapantes. C’est encore Babolat qui invente la 1ère raquette de tennis connectée, « Play & Connect », en 2012.

Franchement, le saviez-vous ?  : l’entreprise lyonnaise a utilisé 58 km de cordage pour recorder les raquettes du Tournoi 2018 de Roland Garros !

crédit photo : Babolat