Guignol, une spécialité lyonnaise

    Notre Guignol national, vieux de plus de 200 ans, a été créé à Lyon en 1808 par un marchand ambulant, Laurent Mourguet.

    Cet homme, qui ne savait pas lire ni écrire, s’était installé en 1797 comme arracheur de dents sur les places de la ville de Lyon. Afin d’attirer sa clientèle, il monte un spectacle de marionnettes, poursuivant une tradition bien ancrée localement depuis le XVIIe siècle, à l’image de la Comedia dell ‘arte de la toute proche Italie. Sur un texte improvisé et selon l’humeur du marionnettiste et l’actualité du jour, le spectacle remplit une fonction de gazette et se dresse en souriant contre les injustices. Devant le succès de Guignol, son créateur quitte ses activités dentaires et devient marionnettiste à plein temps. Il monte un premier théâtre rudimentaire au milieu du jardin du Petit Tivoli où ses improvisations attirent de nombreux promeneurs, petits et grands.

    Vêtu, dans la tradition lyonnaise, d’une redingote marron et d’un noeud papillon rouge, Guignol est immédiatement identifiable aux traits de son visage reprenant, d’après la légende, ceux de Laurent Mourguet : sourire malicieux, fossettes et yeux noirs. Le tout surmonté d’un chapeau bicorne aux bords repliés laissant dépasser une petite tresse de cheveux (un sarsifi en parler lyonnais). D’un naturel enjoué, il représente le petit peuple, dans ses qualités comme dans ses défauts. Si Guignol incarne des valeurs telles que l’amitié, le partage, le dévouement et la justice, il lui arrive également d’être roublard, tire-au-flanc et de mauvaise foi. Ses mauvais côtés le rendent beaucoup plus humain et renforcent la sympathie du public à son égard.

    Bien que d’origine Lyonnaise, le théâtre Guignol s’est développé et a été popularisé à Paris. On compte aujourd’hui 3 théâtres à Lyon pour plus d’une 12aine à Paris et 1 à Bordeaux.

    Guignol fait partie du patrimoine culturel enfantin français et, petits et grands, on en redemande : Guignol ! Guignol ! Guignol !…