Coup de chapeau à ce savoir-faire bien français

Crambes : chapeau le savoir-faire

Depuis 1946, la société Crambes fabrique des chapeaux pour les grandes Maisons, à Caussade, dans le Tarn-et-Garonne. Grâce à son savoir-faire désormais labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant, l’entreprise confectionne plus de 300 000 pièces par an. C’est à Auguste Crambes, le grand-père, que l’on doit l’invention du chapeau formé en toile.

L’histoire du chapelier

Auguste Crambes, alors ouvrier dans le milieu du chapeau de feutre, décide de se mettre à son compte. Il s’installe dans une « cave » et confectionne ses couvre-chefs avec 2 ou 3 « pédales » (machines permettant le formage des chapeaux). Arrivé à Caussade, cité du chapeau, en Occitanie, il rachète un atelier pour y réaliser des chapeaux de feutre. Un matin, il a une franchement bonne idée. Il colle du liège sur des morceaux de tissus, qu’il met ensuite en forme : c’est le début des chapeaux formés en toile !

Aujourd’hui, la maison Crambes est toujours dirigée par le petit-fils du fondateur, Thierry Fresquet qui perpétue ce savoir-faire. Catherine Vampouille et Benoît Besnault, les futurs repreneurs, comptent bien s’appuyer sur ces compétences pour redonner un élan à l’entreprise.

Chapeau le savoir-faire

Dans l’atelier, 41 employés fabriquent chaque jour près de 400 chapeaux. Sur 7 500m2, les machines ronronnent et l’attention est palpable, car le chapeau exige doigté et savoir-faire. Il passe entre les mains expertes de toute l’équipe de production, dirigée par Marie-Thérèse. « Le chapeau est composé de 2 parties, le bord et la calotte. Les 3 tissus nécessaires à ce chapeau tricolore sont coupés puis thermocollés. Ils sont ensuite assemblés par les couturières pour former chaque partie qui sera ensuite formée à chaud.»

Le maintien du savoir-faire historique n’exclut pas l’innovation, bien au contraire, nous explique Thierry : « Historiquement, notre spécialité, c’était le chapeau en tissu formé. Ensuite, nous nous sommes diversifiés, avec les casquettes formées ou patronnées. En 1984, nous avons créé un chapeau délavé formé, le Safari, qui est en quelque sorte le « jean » du chapeau, c’est devenu le cœur de notre collection été ».

Des initiatives positives

Côté formation des jeunes, Crambes a développé un partenariat avec le lycée Myriam à Toulouse qui forme aux métiers de la mode. Les élèves disposent ainsi d’un atelier pour réaliser leurs créations.

Côté environnement, l’entreprise a initié une démarche pour trouver des tissus issus de la filière biologique. Catherine explique : « Nous avons la volonté de proposer des produits qui respectent le plus possible notre environnement ». Benoît poursuit : « Nous regardons les cotons bio, sans traitement et avec des teintures naturelles. Pour les tissus techniques réalisés à base de fibres synthétiques, nous étudions des solutions à base de fibres recyclées. Nous nous intéressons aussi aux colles pour trouver des produits naturels (ex : colle de poisson,…) ».

L’entreprise sera présente au salon Made in France Première Vision les 3 et 4 Avril prochains au Carreau du Temple à Paris.
 
Crédit photo : Crambes

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>