Corail Artefact : de la dentelle du Puy en Velay pour régénérer les coraux

Faciliter le développement des récifs coralliens avec de la dentelle, il fallait y penser. Les coraux qui abritent 25% de la vie marine de notre planète sont en danger et doivent être protégés. L’artiste Jérémy Gobé, frappé par la ressemblance entre la dentelle et la structure du corail imagine des motifs de dentelle qui facilitent le repeuplement des récifs. Un franchement joli projet qui mêle art, science et savoir-faire français pour trouver une solution à la disparition des coraux.

Coup de foudre pour un corail

L’histoire commence en 2010 par un coup de foudre chez Emmaüs où Jérémy Gobé, cet artiste qui propose des œuvres en connexion avec la nature, découvre dans un carton éventré un morceau de corail : « J’ai trouvé ça magnifique et j’aurais tellement aimé être à l’origine de cette œuvre ! ». Explique t’-il. Il veut alors tout connaître sur le corail et va solliciter Isabelle Domart-Coulon, chercheuse au Muséum d’histoire naturelle qui va lui expliquer en détails la vie des polypes.

En 2017 il se rend à la Scop Fontanille du Puy-en-Velay, l’une des deux dernières fabriques de dentelle en France ou Roland Arnaud, le directeur de Fontanille, retrace toute l’histoire de la dentelle au fuseau et du point d’esprit. Cela fait “tilt “pour Jérémy qui explique « J’ai immédiatement reconnu dans ce motif la structure microscopique du corail » et il imagine la dentelle pour tapisser les océans, composée de fibres végétales biodégradables ou les bébés polypes pourront s’y agripper.

Ni une ni deux, il fonce parler de son projet à Isabelle Domart-Coulon. La scientifique accepte et des tests en laboratoire débutent. Jérémy crée Corail Artefact, une entreprise qui mêle art, sciences et industrie pour trouver une solution globale à la disparition des coraux.

La dentelle, un régénérateur de coraux

Jusqu’à présent, pour aider les coraux à se développer, les chercheurs développaient des supports à base de plastique, béton… Grâce à la dentelle, qui sert de tuteur, le corail se développe. Une fois qu’elle a joué son rôle, la dentelle se bio-dégrade et disparait dans l’eau sans rejeter de substance chimique.

Jérémy Gobé, s’inspire du “point d’esprit”, motif traditionnel de dentelle au fuseau du Puy-en-Velay pour panser les récifs coralliens abimés. Ce motif, créé il y a plus de 400 ans, ressemble au dessin de squelettes coralliens.

En mars 2018, les premiers essais indiquent que la dentelle en coton, à base de fibres végétales biodégradables, est un substrat potentiel pour la fixation du corail et le recrutement de ses larves. Le corail, pour se reproduire, expulse ses larves qui, en retombant régénèrent le corail. Après un an de travail scientifique, c’est une première victoire, les larves mises au contact de la dentelle s’y sont bien accrochées.

Reste à plonger dans le grand bain et c’est en Malaisie que les expérimentations se poursuivent avec l’aide d’Anne-Sophie Roux, fondatrice d’une nursery de coraux.

Le projet Corail Artefact est présenté dans l’exposition ” Courants verts, créer pour l’environnement” à la fondation EDF.

De l’art, de la science et du savoir-faire français au service de la préservation des écosystèmes, voilà qui est franchement bien !

Crédit photo : Corail Artefact

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>

close

Gardez le sourire et recevez chez vous les nouveaux articles Franchement Bien!