Hermès fabrique ses mythiques sacs Kelly en Dordogne

Depuis les années 1990, dans une petite ville de Dordogne à mi-distance entre Limoges et Périgueux, près de 400 personnes travaillent pour Hermès et portent fièrement les couleurs d’une fabrication « made in France » de qualité.

A Nontron, Hermès a été synonyme de renaissance. A sa suite, le maire a pu convaincre d’autres entreprises de s’implanter en Périgord et redonner un second souffle à son tissu industriel. Une sellerie de luxe et le Laboratoire du bain se sont installés ces dernières années. En 2006, sa commune a même été labellisée pôle expérimental des métiers d’art. « En 1995, il y avait 860 actifs à Nontron. En 2011, nous étions passés à 2 100, dit-il fièrement. Nous sommes la preuve que l’on peut maintenir nos industries en France. Ce n’est qu’une question de volonté. »

Une belle histoire, surtout qu’Hermès est presque arrivé par hasard en 1991. À l’époque, Adidas venait de fermer son usine. Une catastrophe pour ce territoire qui avait vu disparaître, ces dernières décennies, ses industries : forges, cuir, chaussons et chaussures. Contacté par des salariés et des élus nontronnais, Hermès, qui se sentait à l’étroit dans ses locaux à Pantin, en région parisienne, a alors décidé de créer un atelier de porcelaine à Nontron puis un atelier de maroquinerie et de confection de cravates en soie.

Aux débuts de la maroquinerie Hermès à Nontron en 1995, sont fabriqués des couvertures d’agenda. Puis de la petite maroquinerie avec des peaux précieuses et, en 2009, a démarré la fabrication plus délicate de sacs à main. Des produits qui nécessitent de quinze à vingt heures de travail.

Les sacs “Kelly”, dont on rêve de Shanghai à Chicago, prennent plus de vingt heures de fabrication manuelle sur plusieurs jours pour assembler le puzzle de cuir de haute qualité tanné durant plusieurs mois. La base est le fameux cousu sellier, marque de fabrique d’Hermès. Un savoir-faire transmis depuis des générations, qui s’apprend avec patience.
Le sac Kelly, sac à main créé en 1935 et dont le nom fait référence à la princesse de Monaco Grace Kelly, est un objet considéré comme mythique depuis 1956 et également l’un des symboles de la marque au même titre que le carré de soie ou le dessin de la calèche sur le logotype.

Le groupe Hermès participe aussi à la plate-forme régionale de formation que met en place le Conseil régional d’Aquitaine en Dordogne pour la filière cuir au lycée de Thiviers à quelques kilomètres de Nontron, avec une mutualisation des besoins pour les acteurs du secteur comme les ballerines Repetto ou les selles de haut de gamme CWD. Tout un travail est aussi mené sur l’approvisionnement en cuir local en circuits courts en améliorant la qualité de l’élevage des bovins, notamment avec la suppression des barbelés, qui blessent le bétail et abîment leur peau.

Au fil des années, Nontron est ainsi devenu le site de référence de la petite maroquinerie complexe. Un savoir faire dont la Dordogne peut être franchement fière.