Interview : Cécile Colonna d’Istria, fondatrice du salon Produrable

Cécile Colonna d'Istria Produrable

Cécile Colonna d’Istria a créé dès 2008, Produrable, le salon professionnel des acteurs et des solutions de l’économie durable, alors que les préoccupations environnementales n’étaient franchement pas encore au cœur des enjeux stratégiques des entreprises. Visionnaire, elle s’est passionnée pour les sujets environnementaux et a eu la conviction profonde que ce serait, un jour, une grande révolution pour le monde de l’entreprise. Précurseur sur ce marché, elle a su imposer Produrable comme l’évènement professionnel de référence pour les acteurs de la RSE. Les 16 et 17 septembre, à Paris, se tient la 14 ème édition, sur le thème de la Régénération.

Franchement Bien : Bonjour Cécile, vous avez créé Produrable en 2008, alors que les préoccupations environnementales n’étaient pas encore au cœur des enjeux business, comment vous est venue cette idée ? Aviez-vous déjà la certitude qu’elles allaient le devenir ?

Cécile Colonna d’Istria : Je faisais partie d’une société organisatrice de salons professionnels dans laquelle j’ai exercé pendant 15 ans. La 1ere édition de Produrable s’est tenue en 2008. Rendez-vous compte en 2008, c’est l’arrivée des 1ers smartphones ! …c’étaient aussi les 1ers frémissements des enjeux de Développement Durable

En 2008, je vois de nouvelles fonctions émerger dans les entreprises comme “responsable de développement durable”, je m’interroge sur cette tendance, défriche l’univers … et je me passionne pour le sujet !

J’étais persuadée en mon for intérieur que c’était l’avenir et que le développement durable constituerait une grande révolution.

Après avoir proposé à l’entreprise qui m’employait de créer un salon sur cette thématique et essuyé un refus, j’ai donc créé moi-même Produrable avec une approche par contenu, des formats inspirants, des ateliers pratiques, des regards croisés…. Nous avons mis en cohérence nos actions avec nos objectifs ainsi que les convictions qui nous animaient. C’est sans doute pour cela que le positionnement initial a été bien perçu.

…mais tout n’a pas été un long fleuve tranquille

Pour la première édition, «  j’ai commencé toute seule avec une jeune fille en apprentissage. J’avais la conviction profonde que la 3eme grande révolution s’amorçait : celle dite du développement durable ».

Ma question était : y a-t-il une réalité économique au projet de développement durable, pourra-t-on réconcilier l’économie et l’écologie ? Je pensais qu’en créant un salon, on aurait la réponse.

On a perdu de l’argent pendant les 3 premières années du salon, mais on a tenu bon, les 3 suivantes ont permis d’équilibrer, pour être à zéro pour la 7ème édition. Et depuis 2015, nous sommes en fort développement.

Aujourd’hui, c’est une évidence, l’engagement de l’entreprise dans la responsabilité sociétale a des répercussions économiques très favorables.

Ce n’est plus une option et cela attire clients, investisseurs, fournisseurs et talents : on l’a prouvé!

Cette année la thématique est sur la Régénération. Pourquoi ce sujet, pouvez-vous nous en dire plus sur l’objectif et les moments clés du salon?

On propose un fil rouge chaque année ( il y a eu des sujets comme la rse made in France, le r.o.i de la rse….), cette année c’est la régénération.

On doit avoir un temps d’avance, je suis un peu “un poisson-pilote”.

On a parlé beaucoup de réduction, d’adaptation puis est venu le temps de réparer, régénérer.  Au départ, c’est un terme médical. La cellule malade a la capacité de renaitre et retrouver sa qualité première. Je suis persuadée que ce qui se passe au niveau de la cellule doit pouvoir se passer au niveau planétaire.

Toutes les crises se sont télescopées dans ce thème de régénération, il y a de l’espoir, du renouveau, on a la capacité de réinventer l’avenir !

Vous voyez, je suis comme vous, Muriel, comme Franchement Bien, je suis positive et je crois en l’avenir!

Je suis optimiste, nous devrions être capable ensemble de régénérer c’est-à-dire de réparer, réinventer nos produits et services.

Au programme du 15 au 17 septembre, un fil rouge « 2021-2030 : Le temps de la Régénération », qui sera décliné en quatre volets :

Régénérer le vivant, restaurer la biodiversité, la vie et les écosystèmes . Régénérer les produits et les services par l’écoconception, le circuit court, le réemploi…  Régénérer l’économie, les entreprises, la finance. Régénérer l’homme, la société, le vivre-ensemble.

Nous aurons aussi 12 parcours thématiques pour animer les échanges comme Agroalimentaire & nutrition, Ville intelligente & territoires, Transition énergétique & climat, Nature & Biodiversité, Transport & mobilité durable , Production & consommation responsables…

Avant l’ouverture du salon, le 15 septembre, nous proposons des masterclass qui permettent aux professionnels de travailler avec leurs pairs, sur des problématiques au cœur de leur stratégie. Cette année, 4 sujets de transformation seront abordés : Démarche FSSD, La Fresque du Climat en entreprise, PME-ETI, Devoir de vigilance.

Concernant l’organisation du salon, que faites-vous de franchement bien ? Comment maitrisez-vous l’impact ?

Ah, très intéressant comme question! Quand j’ai créé ce salon, j’ai voulu que ce soit un salon différent. Je trouvais qu’il y avait énormément de gâchis dans les salons que j’avais l’habitude de fréquenter …et je deteste ça ! C’est dans mon éducation.

On a donc immédiatement proposé à nos partenaires des stands clés en main pour éviter à tout prix que chaque exposant vienne, un à un, construire son stand : imaginez 150 exposants avec 150 camions qui livrent les stands, 150 livreurs de mobiliers, de fleurs ….

A Produrable, chaque stand est le même. On optimise les livraisons et on choisit du modulaire, c’est le plus écologique, on le démonte et il peut servir 200 fois. Le carton n’est pas une bonne option car il finit souvent à la poubelle.

On fait notre compensation carbone, on choisit nos prestataires et on aide quelques belles initiatives qui émergent et qui n’ont pas de budget pour exposer, on fait du mécénat avec quelques associations que je soutiens… C’est notre part à nous !

Et cette année, sur le salon, quelque chose de Franchement Bien qui va vous plaire : toutes nos hôtesses vont être habillées par une styliste qui travaille à partir de récupération de chaussettes orphelines et chacune sera habillée aux couleurs d’un des 17 Objectifs de Développement Durable.

Dernière question, Cécile, dans le chemin parcouru depuis 2008, qu’est-ce qui vous rend la plus fière ?

C’est d’avoir réussi à créer cette communauté soudée et puissante autour de la marque Produrable et de la RSE. C’est quand je rencontre quelqu’un dans les allées du salon et qui me remercie en me disant «  j’ai tant appris grâce à vous… je suis maintenant “responsable rse” dans telle entreprise”. On accompagne le monde de l’entreprise et les collaborateurs. Ça fait plaisir!

Franchement merci Cécile et rv à Produrable les 16 et 17 septembre!

Crédit photo : Gaël Kazaz

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>

close

Gardez le sourire et recevez chez vous les nouveaux articles Franchement Bien!