Le dernier défilé de Jean Paul Gaultier : un plaidoyer pour le recyclage

Un défilé hors du commun

Jean Paul Gaultier, l’enfant terrible de la mode, a raccroché ses ciseaux avec un dernier défilé éblouissant de haute couture “recyclée”. «Adieu le flambant neuf, bonjour le flambant vieux !» a-t-il clamé. Après 50 ans de carrière, le grand homme, créateur des corsets et des marinières tire sa révérence sous un tonnerre d’applaudissements. Il l’assure : le meilleur est devant ! Et on l’imagine aisément pour ce génial atypique.

Un aventurier un brin provocateur

Mais qui est ce Jean Paul au prénom sans tiret ? Le styliste français de 67 ans a fait ses débuts auprès de Pierre Cardin. Très vite, il a volé de ses propres ailes et a bousculé dans les années 80 les codes vestimentaires. Il passe même dans le journal Libération une petite annonce atypique et décalée : “Créateur non conforme cherche mannequins atypiques. Gueules cassées ne pas s’abstenir”

Il cultive son côté transgressif, il aime dire que la première chose qu’il regarde, chez un homme comme chez une femme, c’est l’allure et la silhouette. Pour lui, “La vraie beauté c’est d’avoir les yeux ouverts comme quand on est enfant… Un œil qui peut voir la beauté là où on ne l’attend pas”. 

Il remet au goût du jour la jupe pour homme, crée en 1990 un scandale avec son corset aux bonnets coniques portés par Madonna qui feront le tour de la planète. Sa marinière reste la star de sa collection de prêt-à-porter, elle est l’indémodable élément de la garde-robe de son enfance.

Visionnaire et extravagant, il aime les belles étoffes brodées, la dentelle, le satin, la plume et le strass. Il inaugure le transgenre et bouscule les podiums avec ses défilés en latex et cuir.

La première collection de haute couture recyclée

Sur l’invitation, le chiffre 50 en lettres d’or. Suit une lettre d’intention: “Pour cette dernière collection, qui marque mes 50 ans de mode, j’ai eu envie d’être fidèle aux thèmes qui m’ont toujours obsédé : les jeans, les corsets, les marins, l’androgynie, en allant encore plus loin, en les extrapolant, en me lâchant plus que jamais”, déclare le couturier. Il poursuitJe pense que la mode doit changer. Il y a trop de vêtements, et trop de vêtements qui ne servent à rien. Ne les jetez pas, recyclez-lesCe soir, vous voyez ma première collection haute couture upcycling (…) j’ai utilisé mes archives comme de la matière. Ce que j’ai fait à mes débuts sans moyens, je le fais aujourd’hui avec mon patrimoine pour donner vie à des créations nouvelles”. 

A 21h20, top départ, le rideau de la scène du théâtre du Châtelet se lève et le spectacle commence !

Le premier tableau dévoile une quarantaine de mannequins tout de noirs vêtus, immobiles sur une chanson de son ami Boy George. Des hommes portant un cercueil noir qu’ils posent pour découvrir un mannequin vêtu de blanc. C’est le symbole d’un passage dans un autre monde, une autre vie.

Le tableau suivant accompagné par la chanteuse Catherine Ringer dans une robe rouge met le thème bleu-blanc-rouge à l’honneur. Une mannequin surgit dans une somptueuse robe tricolore.

Puis une première marinière défile, sa marque de fabrique, et tout s’enchaîne, corsets, jeans découpés et reconstitués, des robes faites à partir de vieilles ceintures…et même une robe faite de robes d’enfants.

Deux cents mannequins défilent, des amis proches sont également présents comme Amanda Lear, Djibril Cissé, Estelle Lefebure, Coco Rocha, Antoine de Caunes, Cristina Cordula, Béatrice Dalle…Tous irradient fièrement le podium au son des voix de Boy George, Catherine Ringer et Mylène Farmer. 

C’est déjà la fin et le rideau des backstages se lève…Ta dam, Jean-Paul Gaultier, apparait, combinaison de garagiste bleu, les spectateurs debout, applaudissent et honorent les 50 ans de carrière de l’artiste.

Jean Paul Gaultier tire sa révérence en promettant “un nouveau projet”. Il assure haut et fort « Le meilleur est devant ».

Franchement chapeau et merci Monsieur Gaultier.

Crédit photo : AFP

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>