Trëmma : la plateforme solidaire d’Emmaüs

plateforme vente label Emmaus

La célèbre association Emmaüs, lancée par l’Abbé Pierre, s’adapte aux tendances du moment et souhaite séduire un public jeune, connecté et solidaire. Elle lance une plateforme nommée “Trëmma” qui se positionne comme une alternative solidaire aux plateformes de ventes en ligne qui remportent en ce moment un vif succès.

La vente en ligne d’objets et de textile de seconde main cartonne sur internet et particulièrement auprès des populations jeunes et connectées.

C’est pour surfer sur cette vague que Label Emmaüs lance Trëmma, mais avec un petit plus ” Franchement Bien” et solidaire…

Une plateforme solidaire de vente d’objets en ligne

Sur Trëmma, le principe est le même que sur les autres plateformes : depuis chez soi, on photographie et on met en vente en ligne l’objet dont on souhaite se séparer. Mais le petit plus, c’est qu’avec Tremmä, on peut choisir d’abandonner le résultat de la vente au profit d’un projet solidaire choisi sur la plateforme et qui bénéficiera de l’argent récolté par la vente de son objet.

Par exemple, en donnant un meuble ou un livre à vendre via la plateforme, on soutient une structure de la communauté d’Emmaüs. Comme projet solidaire à soutenir, on trouve en ce moment des ateliers de formation au numérique, une ressourcerie ou encore “une ferme agroécologique qui accueille des femmes en fin de peine de prison et leur propose des cours d’informatique », explique Maud Sarda, la directrice du label Emmaüs.

“Le produit de la vente est reversé au projet de solidarité que le donateur a choisi”, explique l’association. “Le vendeur ne touchera rien sur ce qu’il a vendu, mais peut demander un reçu fiscal sur 60% de la vente”.

Avec Trëmma, l’objectif est d’encourager le don en ligne des particuliers, en ciblant particulièrement le public des jeunes connectés et engagés.

Trëmma, dernier-né de la famille Emmaüs

En 2016 et à l’initiative de Maud Sarda, le mouvement avait déjà lancé le Label Emmaüs pour dynamiser les ventes et attirer un nouveau public qui ne fréquente pas habituellement les boutiques Emmaüs. Fidèles à l’engagement de l’association voulu par l’Abbé Pierre, les produits des ventes financent le logement et l’emploi de personnes précaires.

Trëmma, nouveau-né du mouvement Emmaüs, est la suite logique des initiatives mises en place depuis 70 ans pour favoriser la solidarité. Son objectif est de cibler un public plus jeune et plus connecté et proposer ainsi à la vente une plus grande variété d’objets. 

Au lieu de déposer ses objets dans un lieu de dépôt Emmaüs, on l’enregistre de chez soi sur la plateforme en ligne. Ensuite, un salarié d’Emmaüs le met en vente sur le site du Label Emmaüs en soulignant le fait que c’est une vente solidaire. Quand l’objet trouve preneur, les bénéfices sont reversés au profit du projet sélectionné. Et comme la vente est au profit d’une association caritative, le vendeur reçoit un reçu fiscal déductible de ses impôts.

“Le don entre particuliers c’est bien, mais si ça peut servir à la solidarité, c’est encore mieux », ajoute Maud Sarda.

Et ça fonctionne franchement bien si l’on en croit les bons résultats de la plateforme Label Emmaüs qui a reçu 4 millions de visiteurs en 2020 et 1,3 million de produits mis à la vente.

L’objectif de Trëmma ? D’ici 3 ans, reverser 500 000 euros à ses initiatives solidaires.

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>

close

Gardez le sourire et recevez chez vous les nouveaux articles Franchement Bien!