Airbus et ses objets volants identifiés

airbus_franchementbien

On s’imaginait tous, dans les années 60, qu’en l’an 2000, les voitures voleraient… Et pourtant, 15 ans après le passage au nouveau millénaire, nos automobiles sont toujours bien ancrées au sol et les ingénieurs peinent à proposer des systèmes anti-collision fiables. Autant dire que la perspective de voir des voitures sans conducteurs flotter dans les airs relève encore de la science-fiction !

Pourtant, le géant Airbus prend le sujet très au sérieux et fait de cette utopie un projet bien réel en phase de se concrétiser. En effet, dès 2017, l’entreprise toulousaine projette de réaliser les premiers tests de ses véhicules aériens, les City Airbus ! Une avancée qui semble magique et à laquelle on se prend à rêver…

Mais les futurs usagers de ces transports en commun nouvelle génération s’interrogent… Comment interpeller un bus ou un taxi qui flotterait en l’air ? La réponse viendra bien évidemment et comme souvent, de nos smartphones. Les places seront réservées depuis une application. Ensuite, les usagers se rendront à une station de bus ou de taxi où un drone à hélices viendra les chercher pour les transporter jusqu’à leur destination en quelques minutes et pour le prix d’une course de taxi !

Ces véhicules aériens seront-ils autonomes et sans pilote comme le sont certaines lignes de métro ? Sur le sujet, Airbus est formel et répond par la négative car la loi est ferme : pour l’instant, les appareils qui survolent les villes doivent être conduits par un professionnel.

Mais, alors qu’aujourd’hui les efforts des ingénieurs se concentrent sur les bus volants, l’ambition des dirigeants, elle, voit bien plus loin ! Airbus annonce en effet viser, d’ici 2030, la mise en marche d’une flotte de taxis totalement autonomes volant à l’intérieur même de nos villes