Ces jardiniers des mers qui réparent nos coraux

La France possède 10% de la surface corallienne mondiale. Pollution, surpêche, augmentation de la température… autant d’activité qui mettent en danger les récifs coralliens. Les coraux blanchissent et finissent par mourir, entraînant avec eux l’ensemble de la biodiversité marine qu’ils abritent. Des sauveteurs de coraux ou jardiniers des mers, innovent pour réparer les récifs coralliens malades et les réintroduire, une fois guéris.

Des boutures en bambou pour soigner les coraux

Le corail est le poumon de l’Océan, 90% de l’oxygène vient de la mer, et 90% de l’oxygène de la mer vient des coraux.

En Polynésie française, et plus particulièrement sur les îles de Moorea, de jeunes surfeurs et plongeurs se mobilisent pour sauver les récifs coralliens.

Ces jeunes jardiniers du corail explorent chaque semaine le large des îles et récoltent des coraux abîmés, ou sur le point de mourir. Ils rapportent à terre les branches abimées et en font des boutures à l’aide de bambous permettant au corail de rester immergé dans l’eau. Dans la pépinière, les branches récoltées mettront alors trois semaines pour guérir avant de repartir vivre dans leur milieu naturel.

À ce jour, ce sont près de trois mille coraux replantés ! On peut, pour 25 euros, parrainer un corail et contribuer à préserver l’environnement, grâce à l’association Moorea Coral Gardeners.

Sensibiliser et enseigner les bons gestes aux plongeurs

Sandrine Treyvaud, d’Ocean Quest France s’est donné comme mission de reconstruire la mer.

Une fois par mois, Sandrine troque son costume de professeur de plongée pour enseigner et transmettre à d’autres plongeurs ses connaissances sur le corail ainsi que les bons gestes à adopter pour le protéger. 

Dans une interview récente, Sandrine explique “qu’en tant que plongeuse elle observe énormément ce qui se passe sous l’eau et que depuis plusieurs années, elle a pu observer l’évolution de la faune et flore sous-marine qui cohabitent désormais avec de nombreux déchets”.

Pour elle, tout passe par une formation et de la pédagogie. Il faut éduquer les plongeurs aux bons gestes : apprendre à maîtriser les mouvements de ses palmes pour ne pas abimer les fonds marins.

Greffer des coraux à des pierres à l’aide d’une colle biodégradable

A Toulon, Sandrine travaille aussi à la réhabilitation des récifs coralliens par des méthodes naturelles, dont l’efficacité est spectaculaire.

Lors d’une ses dernières sorties pédagogiques, Sandrine embarque avec elle à bord de son Zodiac, deux stagiaires volontaires qui souhaitent être formés à plonger pour sauver le corail. Sandrine leur enseigne des techniques uniques au monde pour repeupler les récifs à partir de coraux abîmés.

La technique est simple : elle consiste à prélever des boutures de corail qui sont ensuite greffées sur des pierres prélevées au fond de l’eau à l’aide d’une colle biodégradable. Le bouturage est entièrement naturel et son principe est comparable aux techniques de repeuplement des forêts.

“Pendant un certain temps le corail va se préparer à se fixer lui-même, faire son pied, et une fois qu’il aura fait son pied il va se multiplier”, explique Sandrine Treyvaud.

Axel, l’un des stagiaires nous assure : “c’est à la portée de tout le monde, c’est ce que l’on découvre avec cette formation”.

De la bouture au replantage en milieu naturel, il se passe de 18 à 36 mois selon l’espèce.

La dernière étape est de replacer les pierres à la mer où les nouveaux greffons rejoindront les dizaines de jeunes pousses. Si la greffe prend, il leur faudra tout de même près de quarante ans pour devenir un corail adulte.

Des initiatives franchement bien pour préserver nos récifs coralliens et la biodiversité marine !

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>> ou suivez-nous sur les réseaux sociaux.