Daumet : un or plus éco-responsable à destination des maisons de luxe

Or Daumet

Issue de la recherche au CNRS, l’innovation réside en un alliage jusqu’ici impossible entre l’or et le tungstène. Grâce à ce procédé, l’entreprise Daumet développe un savoir-faire unique permettant de déposer des couches minces d’or, par voie sèche et sans agent chimique sur n’importe quelle matière, aussi fragile soit-elle que la plume. Ils transforment ainsi l’usage de l’or, à destination des maisons de luxe, en le rendant plus respectueux de l’environnement.

Une invention issue de la recherche au CNRS

C’est en mars 2017 que le jury de Start-up Connexion découvre un projet unique et innovant. A son bord, Cyrile Deranlot, ancien chercheur de physique CRNS-Thales, propose une combinaison de nouveaux alliages d’or et de tungstène. On l’appelle le SpinD Gold, l’or 18 carats le plus blanc au monde.

Cet alliage, composé d’or et de tungstène, est une technologie brevetée issue de travaux de recherche en micro-électronique menés avec Albert Fert, Prix Nobel de Physique en 2007.

Cyrile Deranlot explique : « Au CNRS, on cherchait des composants électroniques qui vont toujours plus vite, qui consomment toujours moins d’energie... pour ça, on a réussi à mélanger l’or et le tungstène. Le tungstène est comme le jumeau de l’or, il permet d’avoir un mélange moins cher, plus résistant et plus respectueux de la planète”.

Le tungstène et l’or sont des matières qui ont des formes de fusion incompatibles. L’innovation réside dans la possibilité de les mélanger sous forme de vapeur et de pouvoir les appliquer en couches minces.

La personnalisation de matière grâce à la vapeur d’or

En poussant leurs recherches sur la façon dont l’or et le tungstène pouvaient s’allier à des matières, ils ont découvert comment faire de la dorure de matière comme le cuir, le textile, la plume avec un design très précis.

” On a développé des procédés qui permettent de déposer l’or sur la maroquinerie sans embosser la matière. On vient déposer l’or sous forme de vapeur et, ainsi, on conserve la texture, la matière sur laquelle est déposée l’or” nous explique Cyrile Deranlot.

Ce nouveau savoir-faire permet à ces artisans d’art de proposer aux maisons du luxe d’apposer tout type d’or avec n’importe quel design, sur n’importe quelle matière.

Elle personnalise des objets en bois, textiles, fibres naturelles, plumes et cuirs. Elle reproduit également des dessins avec des détails d’une infime précision (jusqu’à 50 microns) sur tout type de surface. 

Cette technique innovante, réalisée par voie sèche et sans agent chimique, a le pouvoir de préserver la texture initiale de la matière.

Dans son atelier à Saclay, Daumet réceptionne les pièces envoyées par ses clients et un travail sur mesure débute : la préparation est indispensable pour la dorure, l’application à la vapeur d’or, puis la finition avec le polissage à la pierre d’Agate.

Une technique plus respectueuse de l’environnement

L’exploitation minière de l’or est une des industries les plus polluantes au monde : rejet d’agents chimiques, consommation d’eau, extraction de ressources critiques…

Daumet obtient un soutien financier de l’union européenne grâce à l’enjeu environnemental qu’il adresse.

En effet, ses travaux permettraient de substituer le palladium et le rhodium, qui sont des matériaux extrêmement rares, par le tungstène qui est un million de fois plus abondant. “La technologie Daumet pourrait économiser 100 tonnes d’or par an à substituer par 100 tonnes de tungstène, ce qui représente 2,5% de la consommation annuelle d’or” précise Cyrile Deranlot.

La production de l’or au tungstène est moins polluante, car elle utilise des procédés secs sans aucun bain chimique, elle est moins gourmande en énergie et préserve des ressources rares.

Pour exercer son savoir-faire, Daumet s’approvisionne de plus en plus en en or recyclé et auprès des 9 mines écoresponsables détentrices du label Fairmined qui garantissent des conditions de travail décentes et sécurisées.

Reconnue comme l’une des sept cleantech mondiales du luxe, ses efforts contribuent à réduire l’impact environnemental de l’industrie de l’or.

Daumet veut briller franchement encore plus fort !

Pour la suite ?« Nous travaillons pour mettre au point une version massive pour la haute joaillerie. Un autre relais de croissance est le placage en or blanc brillant, pour la bijouterie fantaisie. » conclut l’entrepreneur.

L’entreprise sera présente au salon Made in France Première Vision les 1 et 2 septembre au Carreau du Temple à Paris.

Crédit photo : Daumet

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>