Covid-19 : A Nantes, une biotech développe le Xav-19, un traitement à base d’anticorps

Chloroquine, plasma, vaccin…le monde entier se mobilise pour trouver des solutions thérapeutiques et lutter contre la pandémie. A Nantes, une start-up signe un accord avec un laboratoire pour fabriquer un premier lot d’un médicament afin de traiter les patients atteints du Covid-19. Une technologie unique et innovante par une production d’anticorps.

Spécialisée dans la biotechnologie, la start up nantaise Xenothera travaille sur un traitement à base d’anticorps. Ces anticorps dits « glyco-humanisés », sont produits par des animaux, mais ressemblent à ceux des hommes. A la tête de l’entreprise, Odile Duvaux, affirme avoir déjà décliné cette technologie dans le traitement du cancer avec un essai clinique concluant autour du rejet des greffes.

Le 15 avril 2020, Xenothera annonce son partenariat avec le laboratoire LFB qui développe, fabrique et commercialise des médicaments dérivés du sang et des protéines thérapeutiques pour les patients atteints de pathologies graves et rares. Créé en 1994, le LFB situé à Alès dans le Gard est l’un des premiers acteurs européens proposant aux professionnels de santé, de nouvelles options de traitement pour les patients, dans trois domaines thérapeutiques majeurs: l’immunologie, l’hémostase et les soins intensifs.

Pour Denis Delval, Président Directeur général du groupe LFB :  “dans le contexte de la pandémie de Covid-19, il est de notre responsabilité de tout mettre en œuvre pour favoriser la recherche et la mise au point d’un traitement potentiel“.

Nom de code : XAV-19

Le XAV-19 est un traitement par intraveineuse pour les patients atteints par le Covid-19. Administré aux patients hospitalisés, l’objectif du traitement est d’éviter une aggravation et le passage au stade d’insuffisance respiratoire aigüe qui nécessite un placement en réanimation.

Scientifiquement, les anticorps polyclonaux d’origine animale sont transformés, et sont “glyco-humanisés”. Cette technique permet de les rendre similaires aux anticorps humains en éliminant les risques allergiques et en évitant le risque d’ADE (augmentation dépendante des anticorps) qui, au lieu de soigner l’infection, l’aggrave rapidement.

Plus simplement, ce traitement à base d’anticorps permettrait de booster les défenses immunitaires du malade, d’empêcher le virus d’entrer et se multiplier dans les cellules et réduire le phénomène inflammatoire.

Une fabrication début mai

L’équipe d’Odile Duvaux, composée d’une douzaine de personnes, vient de signer un partenariat avec le laboratoire LFB afin de produire “un premier lot clinique”. La fabrication prévue début mai vise un essai clinique mi-juin. Concrètement, une fois l’autorisation de l’ANSM (Agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé) validée, une vingtaine de patients du CHU de Nantes pourraient recevoir ce traitement.

Après toutes les étapes franchies avec brio, une deuxième série d’essais débuterait en septembre sur une centaine de personnes celle-ci visant à obtenir une ATU (autorisation temporaire d’utilisation) début 2021.

Un appel aux dons

Comme toute biotech, la start-up Xenothera a besoin d’une aide financière. Depuis sa création en 2014, elle a levé 6 millions d’euros de fonds ainsi que 4 millions supplémentaires via des prêts de Bpi-France ou grâce au crédit impôt recherche.

Aujourd’hui et pour aller plus vite sur son traitement contre le Covid-19, elle lance un appel aux dons aux entreprises et aux particuliers avec pour objectif de récolter 3 millions d’euros. 100 000 euros ont été récoltés en 15 jours. Le 9 avril dernier, la région Pays de la Loire a débloqué une subvention de 200 000 euros.

Odile Duvaux explique “on a pris le risque financier de faire avancer le programme et on espère désormais convaincre nos dirigeants : le président Macron l’a rappelé, aucune piste thérapeutique ne doit être laissée de côté !”.

Un réel espoir de traitement qui fait franchement du bien !

Crédit photo: Xenothera 

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>> ou suivez-nous sur les réseaux sociaux.