La chips française, une valeur sûre pour cet été

Incontournables à l’heure de l’apéro et des pique-niques, les chips nous font craquer pendant les vacances. Les Français aiment ces petites lamelles salées et en dégustent environ 1 kg par an et par personne. Quitte à se laisser aller, autant privilégier une chips 100% française et artisanale. On vous a dégoté une chips issue du terroir picard, sans arômes artificiels, sans colorants et sans conservateurs.

On craque pour cette histoire d’amitié et de terroir

André et Etienne se sont connus sur les bancs de l’école. Après leurs études, ils décident de revenir à leurs racines paysannes du territoire picard, berceau de la pomme de terre française. Depuis 1960, la famille d’Etienne y cultive la pomme de terre, pendant que celle d’André y fait pousser diverses céréales.

Les deux fondateurs retournent à la ferme et mettent leur terroir à l’honneur pour y développer un produit sain, respectueux de l’environnement : une chips artisanale, sans chimie. Ils reprennent souvent les mots de Paul Bocuse : « Aujourd’hui le vrai luxe c’est de retrouver les plaisirs simples».

Une chips 100% locale et artisanale 

Les deux compères choisissent la pomme de terre, la Lady claire, certifiée Global Gap, produite dans la ferme familiale à Coquerel en Picardie. Pour le sel, ils optent pour des sels des deux Caps (Cap gris nez et Cap blanc nez) issus des Hauts-de-France. 

De la pousse à la mise en sachet, tout est fait en France ! De plus, leur unité de production se trouve juste à côté des champs. Après la récolte, les pommes de terre sont sélectionnées, lavées, puis partiellement épluchées pour donner aux chips un joli contour. Elles sont ensuite coupées en épaisses rondelles puis cuites et dorées lentement au chaudron et enfin finement salées.

Fiers de leur terroir, les deux jeunes chefs d’entreprise tiennent à produire local. Le chaudron, élément indispensable à la cuisson de la chips artisanale arrive d’Espagne pour être installé dans le corps de ferme à Saint-Aubin.

Pourquoi en Espagne? Car « Il y a 300 “chipseurs” là-bas et seulement 15 en France » nous raconte André. Et ne nous méprenons pas sur la taille, car c’est « Un chaudron qui fait la taille d’une voiture », précise-t-il.

La production et la vente ont bien démarré depuis avril dernier« On est à 5 000 paquets. Si on en vendait 60 000 par an, on serait heureuxIl y a de la place pour tout le monde sur ce marché », explique Étienne. La petite entreprise devrait rapidement créer des emplois pour faire croustiller la chips dans son paquet blanc au liseré bleu-blanc-rouge !

Franchement, le saviez-vous? La chips est née en 1853 grâce à George Crum, un cuisinier afro-américain. L’histoire raconte qu’un client s’est plaint des frites trop épaisses et détrempées. Le cuisinier, alors énervé et piqué au vif, décide de découper ses pommes de terre aussi fines que du papier et de les faire frire pour les rendre croustillantes, en y ajoutant beaucoup de sel. Grand succès pour cette invention qui a permis à Crum d’ouvrir son propre restaurant à Sarogota Springs.

Et quitte à craquer sur la chips cet été, craquons franchement sur une chips française !

Crédit photo : la Chips Française

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>> ou suivez-nous sur les réseaux sociaux.