Elle a fait renaitre le Mako Moulages

Renaissance mako moulages

Marque de jouet iconique française dans les années 1970 à 85, la fabrication de Mako Moulages a cessé dans les années 90. Grande Mako mouleuse dans son enfance, Agnès Beuchet a décidé de relancer la marque 20 ans plus tard, en faisant le choix du made in France.

Qui se souvient de Mako Moulages ?

Cadeau de Noël incontournable pour petits Français de parents bricoleurs pendant la période 1975 à 1985, dont l’emblème et le nom étaient inspirés par le Maki, petit animal de la famille des lémuriens.

Jolie madeleine de Proust…Je me souviens : on coule délicatement du plâtre dans un moule en latex rouge (sans renverser et sans faire de bulle), après séchage (long), on démoule (sans casser) et si toutes les étapes précédentes sont réussies, on peint son personnage !

Et bien, en 2014, après avoir récupéré les droits de la fameuse marque de moulages en plâtre disparue depuis vingt ans, Agnès Beuchet, une Nantaise  qui a passé 15 ans dans le marketing, relance avec énergie une gamme de moulages.

” Cette marque bénéficiait d’un vrai affect, de nombreux nostalgiques regrettaient la disparition du mythique Mako Moulages” affirme Agnès

En 2019, après 150.000 boites vendues, plus de 35 références de moulages sont proposées : les traditionnels animaux et personnages, mais aussi de la déco avec pêle-mêle et boite à bijoux à réaliser soi-même. Les prix des boites varient entre 10 à 30 euros.

Des valeurs et du made in France

Pour relancer la fabrication des fameux moulages, Agnès a cherché des fournisseurs en France et qui possédaient les mêmes valeurs et la même envie de relancer cette marque française.

” La conviction et l’envie de transmettre, ainsi que l’amour de la marque, voilà ce qui était important de partager avec mes fournisseurs” nous dit Agnès.

Les fabricants sont fidèles et sont d’ailleurs tous les mêmes qu’au premier jour.

“La boite Mako Moulage est bien remplie et comprend énormément de composants différents”, nous dit l’entrepreneuse.

Les moules viennent de Haute-Loire, le plâtre de Carpentras, le papier vient du Nord, les croisillons et l’assemblage sont faits en Dordogne.

Seules les boites en carton viennent de l’autre côté des Alpes, chez nos voisins italiens.

” Pour fabriquer en France, il faut être porté par des valeurs, par une envie, par des convictions éthiques et moi c’est comme ça que j’envisage mon entrepreneuriat !”, conclut Agnès.

crédit photo : Mako créations


Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se 
passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez
votre adresse mail ici>>