Elles organisent les 2ndes vies du mobilier d’occasion, en un clic

elles organisent les secondes vies du mobilier d'occasion

Aujourd’hui 40% des Français vendent ou donnent leur mobilier lorsqu’ils souhaitent s’en séparer, les autres les mettent à la déchetterie. En moyenne 26 kg de meuble sont jetés par personne et par an, en France. Rencontre avec Manon, co-fondatrice d’une plateforme qui revalorise le mobilier d’occasion et souhaite rendre la notion de plaisir à cet acte d’achat, grâce à un vide maison digital.

“L’achat de mobilier d’occasion n’est pas un plaisir, il y a beaucoup de contraintes qu’il faut lever pour que ce soit un réflexe de vendre et d’acheter du mobilier d’occasion en France” annonce Manon.

Ces deux Bretonnes, Manon et Céline, issues de la même école de commerce à Rennes, ont choisi de lancer leur concept dans la ville rose à Toulouse. D’abord appelé Les Cartons, elles l’ont renommé récemment Izidore.

Faciliter les transactions et le zéro déchet

La mobilité fait partie de nos vies, nous dit Manon qui a déjà déménagé de très nombreuses fois malgré son jeune âge. Où qu’on aille, il y a toujours quelqu’un qui part et quelqu’un qui arrive.

Pour limiter son bilan carbone dû au transport du déménagement et éviter de jeter lorsqu’on quitte son appartement et/ou tout racheter lorsqu’on s’installe, rien de mieux que de penser à vendre ses meubles sur place. Vendre son mobilier d’occasion, lui permet d’entamer une 2nde vie et évite de créer un déchet supplémentaire.

Puis, une fois emménagé, il suffit de chercher près de son nouveau chez soi une personne vendeuse chez qui se fournir du mobilier nécessaire à sa nouvelle installation.

Cela fait deux heureux, c’est gagnant gagnant et plus économique. Et si l’expérience est plaisante, alors on a tout gagné ! assure Manon

Chez Izidore, le fonctionnement est simple : une photo plan large de l’appartement et un étiquetage virtuel des objets à vendre (chaque objet est “taggué” , comme sur les réseaux sociaux). L’objet est mis en situation dans l’appartement de la personne qui vend, c’est plus déco, on s’y projette et ça met en confiance !, nous dit la co-fondatrice.

Une innovation sociale dans les cartons

C’est leur manière à elles de participer à la bataille du zéro déchet.

Aujourd’hui, la masse des objets en circulation est suffisante pour trouver sur le marché de l’occasion tout ce dont on a besoin, affirme Marion.

Le principe est simple : via le site web, les potentiels acheteurs peuvent visiter l’appartement virtuellement et cliquer sur le mobilier mis en vente. Un “calculator” permet même d’évaluer le prix du mobilier en fonction de son âge et son usure.

Izidore est présent dans les grandes villes françaises et particulièrement à Paris et Toulouse. Elle espère bien se développer rapidement sur certaines villes pour créer une taille critique suffisante pour assurer l’offre et la demande en mobilier d’occasion.

Aujourd’hui, aucune commission n’est prélevée sur la transaction entre particuliers. Les associées basent leur modèle économique sur les transactions faites auprès des entreprises et sur les services associés.

Au mois de septembre 2019, la start-up vient de lever 400 000 euros auprès de la BPI et d’ investisseurs. Elle va étoffer son offre entreprise qui leur permet de déménager à moindre coût et trouver du mobilier de bureau d’occasion.

Pourquoi ce nom ?

Izidore, même le nom n’est pas laissé au hasard ! C’est un prénom ancien qui rappelle que les meubles sont d’occasion, ça sonne comme « easy door » qui met l’accent sur la proximité et la facilité de franchir la porte, enfin il comprend un « z » et un « d » comme zéro déchet !

Izidore a raflé plusieurs prix de start-up en Occitanie et a récemment été parmi les 3 gagnantes du tour de France Be a Boss 2019, récompensée le 19 septembre à Paris avec la startup Plume à Paris et Circouleur à Bordeaux.

Cette start-up toulousaine ne dort franchement pas et compte bien faire sa place pour œuvrer dans la réduction du gaspillage et des déchets !

Franchement, le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas !

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>