Le bol prénom à oreille, une spécialité bien française…

Le bol prénom une spécialité bien française

…qui plait énormément aux chinois !

Le bol prénom à oreilles  est une invention de la manufacture de faïence bretonne HENRIOT-QUIMPER, invention qui connu son véritable essor lors des premiers congés payés de 1936.

La première manufacture quimpéroise fut créée au tout début du XVIIIème siècle, sous le règne de Louis XIV.  Le savoir faire s’est transmis de génération en génération : le coup de pinceau à la touche et la fabrication à la main, de la conception des formes à la décoration à main levée.

Impossible de passer quelques heures dans la petite ville bretonne de Quimper, située dans le sud du Finistère, sans faire un saut à la faïencerie Henriot. Elle fait partie du patrimoine local. Autrefois, son implantation était justifiée par la présence d’argile à profusion, le passage d’une rivière et de grands bois pour le combustible. Sans oublier une main-d’œuvre bon marché dans une Bretagne souvent misérable.

Pendant quatre siècles, la manufacture est passé par des aventures joyeuses mais aussi parfois difficiles. En 1983, l’entreprise, marquée par les difficultés économiques, dépose son bilan. Elle est rachetée à la barre du tribunal par l’homme d’affaires nord-américain Paul Janssens, qui était l’importateur exclusif outre- Atlantique de l’entreprise quimpéroise. « Pendant vingt ans, je suis venu deux semaines par mois à Quimper », se souvient Paul Janssens, qui a cédé en 2003 l’entreprise à Pierre Chiron, un homme d’affaires de la région. En 2011, nouvelle année noire pour la faïencerie, qui est contrainte à la liquidation. Dirigeant dans le secteur aéronautique, Jean-Pierre Le Goff décide de faire une offre de reprise auprès du tribunal de commerce de Quimper. Il possède depuis des années une maison de vacances dans la région.

«Contre toute attente”, indique-t-il, “j’ai été le seul à présenter un dossier, monté en seulement quelques jours.”  Il reprend l’affaire pour 250 000 euros. Les assiettes, les célèbres bols de petit déjeuner décorés de motifs bretons et ornés d’un prénom continuent d’être fabriqués dans « la manufacture Henriot ». Les étapes de la fabrication restent identiques à celles du début. Les décorations sont toutes réalisées à la main.

Une nouvelle ère commence pour la manufacture. L’ objectif est aujourd’hui de faire venir la clientèle chinoise. « La faïencerie, c’est comme la marée basse en Bretagne, elle ne s’exporte pas, il faut se déplacer pour la voir », conclut Jean-Pierre Le Goff.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/021219658318-la-faiencerie-henriot-attire-les-chinois-vers-ses-bols-bretons-1138759.php?p3gEPGIsLvLqVkIs.99