L’intendance : une épicerie en ligne zéro plastique

300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année, un tiers est lié aux emballages alimentaires. Enrayer la “plasticomania”, c’est la volonté de l’Intendance, cette nouvelle plateforme de vente en ligne de produits alimentaires, cosmétiques ou d’entretien. Elles livrent à vélo une sélection de produits en vrac, dans des filets ou des bocaux consignés. Voilà l’initiative franchement bien du jour.

Réduire l’impact de notre mode de consommation

Arrêter de jeter 15gr de plastique à chaque fois que l’on consomme un yaourt ou des céréales, voilà l’évidence qui réunit nos 2 fondatrices, Noélie et Meryem.

Elles sont toutes deux intimement convaincues, depuis leur formation en école de commerce, que l’entreprise est un moyen efficace d’accélérer les changements sociétaux.

Issues de famille d’entrepreneurs et après quelques expériences à l’étranger et en startups, elles sautent le pas avec l’ambition de “faire avancer les choses dans le bon sens“, nous dit Meryem.

En créant l’Intendance, elles souhaitent ainsi contribuer à “faciliter la transition du plus grand nombre vers un mode de consommation qui réduise notre impact écologique”.

Un retour à l’essentiel et au bon sens s’imposent à elles : délaisser les produits transformés et chimiques pour redécouvrir les produits oubliés, ceux de nos grand-mères comme le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc, la terre de sommière… Favoriser les producteurs locaux, le bio et les fabricants prêts à relever le pari du vrac avec elles.

Le vrac pour une mission zéro plastique

La livraison en “vrac” semble être la solution la plus évidente pour diminuer la “consommation d’emballages” à la source.

Or ce n’est pas si simple que cela y parait : “l’offre est limitée, éparse : on n’a pas tous un magasin vrac à proximité”, nous dit Meryem. Sans compter que souvent, on ne sait pas s’il faut venir avec ses contenants, les acheter sur place…

Pourtant, le vrac est aussi une solution économique puisqu’en diminuant les coûts d’emballage et de communication, le même produit, à qualité équivalente, revient de 10 à 30% moins cher.

Les deux jeunes femmes ont passé plusieurs mois à rencontrer des producteurs locaux, sélectionner avec soin les partenaires de proximité qui ont bien voulu se mettre au vrac et limiter la production de plastique en amont de la chaîne logistique également. Elles démarrent donc leur activité avec un choix de 150 références et ne livrent pour le moment qu’à Paris ou en région parisienne.

Les produits sont livrés à domicile “sans émettre un gramme de CO2” en vélo ou en scooter électrique et présenté dans un joli filet. Tous les produits secs sont emballés dans des sachets en kraft recyclés et biodégradables, les produits liquides et humides sont livrés dans des bocaux en verre consignés.

La gestion de la consigne ? Franchement simple pour les 2 entrepreneures : “Lors de la commande suivante, nous demandons le nombre de contenants à rendre puis le coursier en est informé et les récupère : nous en vérifions l’intégrité, les lavons, et créditons d’un euro par contenant.”…et la boucle est bouclée !

La petite entreprise du vrac reçoit ses produits en grande quantité et les confie à un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail qui favorise l’insertion de personnes en situation de handicap) en région parisienne, qui se charge du stockage et de la préparation de commande. 

Elle est également accompagnée par La Ruche, qui lui a permis, l’an dernier de remporter le concours “Les Ambitieuses” et de bénéficier d’un parcours d’accélération de 6 mois pour développer la start-up.

Leur objectif franchement bien ? Convaincre le maximum de gens de passer au zéro plastique et à la consigne.

credit photo : L'Intendance

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>> ou suivez-nous sur les réseaux sociaux.