Maison Gatti : la chaise Française des terrasses de café

mobilier rotin

Dans de nombreuses terrasses de nos cafés français, on trouve le mobilier en rotin et aux formes uniques de la Maison Gatti. Elle perpétue depuis 1920 un savoir-faire manuel qui lui vaut d’être labellisée “Entreprise du Patrimoine Vivant”. Tout un symbole de l’art de vivre à la Française.

L’histoire de la maison Gatti 

C’est en 1920, à Paris, que Joseph Gatti crée une collection unique de mobilier de terrasse en rotin pour équiper les Brasseries des Grands Boulevards. Dans les années 50, sa fille Odette prend la relève et l’atelier continue de développer des modèles originaux toujours plus résistants. De nouveaux matériaux pour le tissage sont testés, comme le nylon dans les années 60, puis le Rilsan dans les années 80.

Dans les années 90, la Maison Gatti est reprise par les frères Maugrion, issus d’une famille de rotiniers, ils apportent leur savoir-faire et de nouvelles techniques de fabrication.

En 2010, l’atelier Gatti obtient le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » en tant que Rotinier et Tisseur fabriquant sur mesure du mobilier.

Un savoir-faire d’exception

Chaque chaise, fauteuil, banquette, tabouret et table sont assemblés, tissés et finis manuellement. Les techniques artisanales utilisées garantissent la robustesse des assises avec un large choix de tissages de Rilsan personnalisables et pas moins de 30 coloris.

Dans l’atelier, en région parisienne, le métier de rotinier est transmis de génération en génération, car ce savoir-faire n’est plus enseigné.

De nombreuses espèces de rotin existent. L’écorce peut être brune pour le Malacca ou blonde pour le Loonty et le Manille. Le rotin est une matière 100% naturelle et recyclable ; écorce, calibre, densité, rigidité changent d’une baguette à l’autre. Seules la main et la technique de l’artisan permet une bonne préparation, un étuvage et un cintrage au plus juste pour donner forme aux modèles avec une parfaite maîtrise d’outils spécifiques.

Pour les canneurs ou les canneuses, le tissage des assises et des dossiers demande une connaissance et une maîtrise des différents points : victoria, damasse, chevron, damier ou losange… Ce travail permet de mélanger des couleurs et des motifs sur toutes formes et sortes de modèles.

Le Rilsan, ou polyamide 11 est lui obtenu à partir d’huile végétale de ricin : sa souplesse et son excellente résistance aux intempéries sont connues et il résiste aux insectes et moisissures en conservant toutes ses propriétés, même sous des températures extrêmes (de -50 °C à +70 °C.).

Gatti en quelques chiffres  

Il faut environ 5 heures, 112  mètres de Rilsan, 40 pointes, agrafes et vis pour réaliser une chaise, 22 artisans sont présents dans les ateliers, 34 tissages différents sont réalisables sur chaque modèle. Environ 820 établissements parisiens sont équipés par la Maison Gatti qui envoie aussi ses créations partout dans le monde et 6 000 pièces sont réalisées chaque année.

Regardez la petite plaque au dos des chaises en terrasse des cafés et pensez au savoir-faire Gatti en sirotant au soleil !

Crédit photo : Maison Gatti

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il y a de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>>