Un cargo ailé nouvelle génération

Une aile qui tracte les cargos

Un cargo tracté par une voile : cela ressemble à de la science-fiction et pourtant….Ce grand défi écologique est prêt à être relevé par une petite entreprise, à Toulouse, qui fabrique près de 300 voiles de parapente et parachute par an. Depuis 2016, Nervures est missionnée pour confectionner cette voile du futur destinée à équiper bientôt les navires marchands du monde entier. Une franchement bonne nouvelle quand on sait que le transport maritime contribue à environ 2,6 % des émissions planétaires de CO2.

Parmi les nombreuses innovations françaises pour la planète, présentées au salon ChangeNow, sous la verrière du Grand Palais, nous nous sommes arrêtés sur Airseas et sa voile Seawing. Cette innovation, en équipant les navires de commerce, permettrait de réduire de 20% la consommation de carburant et les émissions associées.

Une petite entreprise qui gonfle ses voiles

C’est à Soulom en Bigorre, que Jean Marie Bernos dirige depuis 2012, Nervures, une petite entreprise de treize employés qui fabrique près de 300 voiles de parapente et parachute par an.

En 2016, elle prend un virage fulgurant puisqu’Airbus la contacte et souhaite confectionner une voile à traction XXL de 100 m2 pour équiper dans un futur proche les navires marchands du monde entier…

Jean-Marie Bernos explique “En 2016, Airseas, une filiale d’Airbus, nous a commandé une voile sur mesure. Il s’agit d’une voile à caisson de 100 à 250 mètres carrés capable de tracter un navire de 100 à 300 mètres de long. Nous nous occupons de la fabrication, tandis qu’Airseas met au point les logiciels de routage et les technologies de stockage et de pliage de la voile”.

Un projet innovant qui donne des ailes : réduire de 20% les émissions polluantes

La solution est pilotée par la start up Airseas appuyée par Airbus. En confectionnant ses voiles XXL “Seawing” les cargos vont réduire leur consommation de fuel et leurs rejets polluants jusqu’à 20%.

Les cargos seront tirés par une immense voile de 1.000 m2 lorsque la météo le permettra. Ce cerf volant, auxiliaire au moteur, permettra de tracter les navires de commerce. Un simple bouton relié à un ordinateur de bord permettra de déployer et replier la voile de façon autonome.

Luc Reinhard, en charge du développement d’Aiseas et présent sur le salon nous explique« Un ordinateur de bord, installé spécifiquement pour l’utilisation de la voile, va calculer et proposer à l’officier de quart le déploiement de la voile. C’est ensuite le marin qui décidera ou non de l’envoi de la voile. Celle-ci se déploie et s’affale dans une durée comprise entre cinq et dix minutes.”

Pour Nervures, la production en série de voiles de 1000m2 n’est pas si simple et elle doit envisager de pousser les murs pour développer cette nouvelle activité. Heureusement, la communauté de communes Pyrénées Vallée des Gaves va mettre à sa disposition des locaux de 600m2 dans son hôtel d’entreprise. L’équipe de huit couturières pourra travailler dans un environnement adapté et lancer la production des premiers prototypes de 250 à 1000 m2 avec une échéance de livraison à fin 2020.

Une entreprise française qui vole vers le succès

Sa collaboration avec Airseas ne s’arrêtera pas en fin d’année, puisqu’ Airbus et ses trois navires sous pavillon français sont soutenues par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) qui souhaite d’ici à 2030 équiper 10% des cargos dans le monde.

Une franchement belle innovation française pour la planète !

Crédit photo : Airseas
Source : rapport 2017 de l'ICCT

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>> ou suivez-nous sur les réseaux sociaux.