55 jours, 55 nuits…quel positif tire-t-on du confinement ?

Déconfinement 55 jours

C’est officiellement la fin du confinement en France. 55 jours, 55 nuits. De prime abord, il a été franchement compliqué de trouver du positif a se retrouver confiné seul dans un appartement ou bien en famille 24h/24 avec les enfants à gérer en plus de son emploi en télétravail ou du chômage partiel. Lorsque la peur, la maladie, la difficulté économique nous touche de près ou de loin. Cependant, 55 jours et 55 nuits plus tard, au bilan, on trouve du positif et même du franchement positif à cette période inédite.

Franchement besoin de positif

Pendant cette période étrange, chez Franchement Bien, on s’est sentis investis d’un nouveau rôle : vous nous avez particulièrement sollicités, interrogés, plus que jamais lu et partagé nos articles…vous aviez besoin de positif et d’optimisme. Alors, c’est tout naturellement qu’on s’est mobilisés à la rédac : des innovations, des élans de solidarité, du collectif…nous avons plus que jamais enquêté, traqué le positif pour vous partager les bonnes nouvelles qui émergeaient chaque jour.

Nous avons aussi profité de ce temps pour vous ouvrir la rédaction, discuter avec certains d’entre vous et faire de belles connaissances. Nous avons ouvert le dialogue encore plus qu’avant et beaucoup d’entre vous, nous ont contacté, félicité, encouragé…partagé leur quotidien et leurs ressentis.

Petit bilan des initiatives et changements positifs de ces 55 jours de confinement.

L’empathie, la solidarité et le collectif

Au niveau individuel, cette période nous pousse à être plus humains et à penser collectif. On sort de nos habitudes et nous vivons avec plus d’empathie et de compassion. “On regarde par la fenêtre, on fait connaissance avec ses voisins, on se préoccupe des courses de la personne âgée du 5ème et des enfants de l’infirmière du 2nd” nous partage Brigitte.

Chaque soir à 20h, comme un rendez-vous immanquable, on sort tous à nos fenêtres pour remercier le personnel soignant engagé.

Confinés chez nous, on pense aussi à ces héros du quotidien : techniciens, éboueurs, livreurs, agents de caisse aux supermarchés.

La solidarité s’organise dans les immeubles et villages. Chaque petite attention, chaque sourire prend une dimension particulière.

Au niveau des entreprises, dès l’annonce de pénurie de gel hydroalcoolique, de masques et de respirateurs, plusieurs acteurs économiques se mobilisent pour trouver des solutions. Autour de leur bassin d’emploi, entreprises, associations, hôpital, bénévoles se regroupent pour créer une chaine solidaire et apprendre de nouveaux métiers, comme dans le nord avec le CHU, le bonnetier Lemahieu, une association et plus de 20 partenaires.

Toute l’industrie française se mobilise : les industries de confection fabriquent des masques, l’industrie cosmétique et du luxe des gels hydroalcooliques, l’industrie automobile des respirateurs…

Décathlon met à disposition des hôpitaux ses masques de plongée, car branché à un respirateur, il peut être utile pour les patients en réanimation.

Les entreprises solidaires et généreuses

En soutien aux agriculteurs, les supermarchés se mettent à vendre en priorité les produits locaux en circuit court.

Certaines entreprises qui ont multiplié leurs gains lors de cette période décident de les reverser à un fonds de soutien pour aider ceux qui en ont besoin.

De grandes entreprises françaises, par solidarité, refusent de recourir au chômage partiel ou aides de l’état. Certains chefs d’entreprises diminuent leurs salaires.

Les industries françaises et entreprises du “made in France”, dont on vous parle souvent chez Franchement Bien, ont joué un rôle important lors de cette crise et la conscience collective semble avoir pris la mesure du rôle de ces acteurs du “fabriqué en France” qui créent des emplois, favorisent le circuit court et font fonctionner l’écosystème local.

Les vertus du temps long

“On n’est plus dans un quotidien de tension après une journée de travail, de transport et on vit les choses de façon plus apaisée” a confié Jean à la rédac’. On revient à l’essentiel, on fait le grand ménage, on ne s’embarrasse plus de ce qui nous encombre pour revenir aux bases, à l’essentiel : nos familles, nos amis.

” On prend du temps pour discuter en famille, pour passer des moments et voir les enfants grandir” nous dit Matthieu.

On profite aussi de toutes les ressources numériques gratuites mises à disposition pour écouter de l’Opéra ou faire une visite virtuelle de musée ou même tester de nouvelles recettes et cuisiner avec Cyril Lignac.

La recherche et l’innovation

Jamais des innovations n’auront vu le jour aussi rapidement , un robot Rhino Protect à La Rochelle capable de désinfecter 20 000 m2 de surface en 4 heures avec système de micropulvérisations à 360° pouvant atteindre toutes les zones possiblement infectées dans des bureaux ou entrepôts.

Une PME familiale bretonne a mis au point un test de dépistage doté d’un autopiqueur qui permet de déterminer en 15 minutes si la personne a développé des anticorps, au Covid-19.

Un groupement composé de scientifiques du CNRS, de la biotech SkillCell et du CHU de Montpellier lance une étude clinique sur un nouveau test salivaire simple et rapide appelé EasyCov.

55 jours, 55 nuits

“55 jours, 55 nuits” est le titre d’une chanson de Michel Sardou sortie en 1992. Certains passages de la chanson nous ont fortement interpellés :

“Et salut on s’en va.
Nos taxis sont en bas.
55 jours, 55 nuits,
Presque deux mois de vraie folie

Chacun reprend sa vie normale.
La parenthèse était géniale.
Le hasard ne revient jamais.
Personne ne pleure, tout l’monde le sait.

Des souvenirs pour toute une vie
55 jours 55 nuits”

Et pour ne manquer aucune actualité et article, sur ce qu’il se passe de Franchement Bien en France, c’est franchement simple, inscrivez votre adresse mail ici>> ou suivez-nous sur les réseaux sociaux.